Solutions de refroidissement

Trouver des alternatives aux technologies super polluantes dont on ne peut se passer

L'utilisation de la technologie de refroidissement augmente rapidement car de plus en plus de la population mondiale adopte la technologie électrifiée et fait face au réchauffement climatique. Jusqu'à dix climatiseurs devraient être vendus chaque seconde au cours des 30 prochaines années.  

Le refroidissement a un rôle important à jouer dans l'amélioration des résultats pour la sécurité alimentaire grâce à une alimentation efficace stockage et transport, et pour la santé humaine à travers technologie médicale avancée, entre autres utilisations. Cependant, la plupart des technologies de refroidissement utilisées aujourd'hui impliquent l'utilisation de puissants gaz à effet de serre connus sous le nom de hydrofluorocarbures (HFC). 

Des solutions respectueuses du climat sont disponibles. De nombreux HFC peuvent être remplacés par des alternatives à faible potentiel de réchauffement et/ou naturelles. Les avancées dans la réglementation de l'utilisation des HFC et les nouveaux substituts à faible potentiel de réchauffement ont le potentiel d'éliminer presque entièrement les HFC.  

Le froid est aussi un secteur très énergivore, représentant 10 % de la consommation mondiale d'électricité. Trouver des moyens d'améliorer l'efficacité énergétique de la technologie de refroidissement promet donc de doubler les impacts de la réduction des émissions de HFC. 

URL de la vidéo distante

CFC, HFC et Kigali 

Les premiers gaz de refroidissement connus sous le nom de chlorofluorocarbures (CFC) étaient responsables des dommages à la couche d'ozone protégeant la terre des rayons ultraviolets nocifs du soleil et des dommages aux cultures et à la santé humaine. Le Protocole de Montréal a réussi à réduire les CFC, mais les CFC ont été remplacés par des HFC qui avaient des impacts différents mais tout aussi dangereux sur l'atmosphère.  

Les HFC sont parmi les agents de réchauffement les plus puissants connus et sont entièrement fabriqués par l'homme. Le HFC le plus utilisé (HFC-23) est 3,790 XNUMX fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Les HFC sont connus comme des super polluants à cause de cet effet. Les HFC sont également présents dans les aérosols et autres produits chimiques tels que les extincteurs. 

L'Amendement de Kigali au Protocole de Montréal est la principale réglementation internationale poussant les pays et l'industrie à réduire l'utilisation des HFC. Le CCAC a joué un rôle majeur dans le plaidoyer pour l'adoption et la mise en œuvre de l'Amendement et continue de diriger les efforts visant à renforcer le soutien de haut niveau et à diffuser des informations sur la réduction du SHTF. 

Sans l'amendement de Kigali, les émissions de HFC devraient augmenter les températures mondiales de 0.3-0.5°C d'ici 2100.  

Principales sources d'émissions

Près de 80 % de l'utilisation des HFC provient de la réfrigération et de la climatisation utilisées dans les environnements résidentiels, de transport et industriels. Les HFC sont également présents dans les produits chimiques industriels utilisés pour les aérosols et les extincteurs. 

Alternatives aux HFC

La réfrigération et la climatisation sont essentielles aux modes de vie modernes et feront face à une demande croissante dans une planète qui se réchauffe. Presque tous les HFC utilisés dans ces technologies peuvent être remplacés par des alternatives à faible potentiel de réchauffement global.  

L'efficacité énergétique

Le refroidissement est responsable de 10 % de toute la consommation d'énergie. Les avantages de la réduction des HFC peuvent être plus que doublés par une meilleure efficacité énergétique dans le secteur du refroidissement.

CFC/HFC

Les HFC ont été introduits pour remplacer les chlorofluorocarbures (CFC) qui endommageaient l'ozone stratosphérique et ont été réduits avec succès dans le cadre du Protocole de Montréal.

Solutions

L'arrêt de la production et de l'utilisation des hydrofluorocarbures (HFC) pourrait éviter jusqu'à 0.4°C de réchauffement climatique d'ici 2100. En combinant les améliorations de l'efficacité énergétique avec l'abandon des HFC, le monde pourrait éviter des émissions cumulées de gaz à effet de serre équivalant à 4 à 8 ans d'émissions mondiales annuelles totales de gaz à effet de serre aux niveaux de 2018.  

Cela signifierait que d'ici 2030, toute la climatisation et la réfrigération stationnaires seront remplacées par les réfrigérants les plus efficaces et les plus respectueux du climat actuellement disponibles. Les trois quarts des émissions évitées proviendraient de l'efficacité énergétique, ce qui équivaut à une amélioration moyenne de l'efficacité de 40 %.  

Si les politiques décrites dans l'Amendement de Kigali étaient pleinement mises en œuvre, nous pourrions atteindre une réduction de 56 % des émissions liées au refroidissement d'ici 2050. 

Ce qui peut être fait

La réduction des émissions de HFC nécessite une action concertée commençant par la planification nationale et l'élaboration de politiques conformément aux objectifs de l'Amendement de Kigali. À ce jour, l'amendement montre un succès dans la réduction des émissions de HFC, les pays appliquant les étapes suivantes : 

  • Ratifier et respecter les mesures de contrôle de l'Amendement de Kigali. 

  • Remplacer les hydrofluorocarbures à potentiel de réchauffement global élevé par des alternatives à potentiel de réchauffement global faible ou nul, associées à des améliorations de l'efficacité énergétique du cycle de vie. 

  • Améliorer les matériaux d'isolation et la conception des bâtiments pour éviter l'utilisation ou réduire le besoin de climatiseurs. 

Avantages

L'élimination de l'utilisation des HFC pourrait réduire réchauffement climatique de 0.4°C d'ici 2100 - une contribution significative au maintien du réchauffement à moins de 1.5°C comme dans le cadre de l'Accord de Paris.  

En combinaison avec d'autres efforts d'atténuation du réchauffement, cela réduira la demande d'équipements de refroidissement supplémentaires dans le monde entier et réduira le risque que le climat franchisse des points de basculement de réchauffement dangereux.  

Soutenir un accès accru à des chaînes du froid durables et efficaces promet également des avantages pour le gaspillage alimentaire et les émissions de méthane qui en découlent. Chaque année, un tiers de toute la nourriture produite pour la consommation humaine est perdue. Le manque de réfrigération efficace entraîne directement la perte de 13 % de la production alimentaire totale – assez pour nourrir environ 950 millions de personnes. L'amélioration des chaînes du froid et la réduction de ces pertes pourraient ainsi éviter 19 à 21 gigatonnes d'émissions d'équivalent CO2 cumulées d'ici 2050. 

Prestations

Le plus CCAC continue de plaider en faveur d'une action politique et réglementaire de haut niveau sur les HFC à l'échelle mondiale. 
 
Cela implique: 

  • Sensibiliser à haut niveau sur la pertinence du secteur du froid dans la lutte contre le changement climatique et mobiliser un soutien politique pour des actions et des financements ambitieux. 

  • Promouvoir la ratification universelle et la mise en œuvre de l'Amendement de Kigali. 

  • Démontrer comment accélérer les réductions de la consommation et des émissions de HFC et améliorer l'efficacité énergétique grâce à : (1) des rapports techniques, des études de cas et des conseils stratégiques, et (2) des concepts de projet qui aident les pays en développement à faire progresser la réduction progressive des HFC et/ou à démontrer des technologies de refroidissement à GWP nul ou faible et écoénergétiques. 

  • Élaboration et diffusion d'outils et d'orientations pour aider les pays partenaires à : identifier et adopter des technologies alternatives à PRG nul ou faible et économes en énergie ; améliorer l'efficacité énergétique des équipements nouveaux et existants ; réduire les besoins de refroidissement grâce à des solutions basées sur la nature et passives ; et promouvoir les technologies alternatives et l'élimination appropriée des HFC dans les opérations gouvernementales.  

  • Fournir des conseils sur la manière d'inclure les réductions d'émissions de HFC dans les CDN et les plans nationaux mis à jour des pays. 

  • Collaborer avec des partenaires de l'industrie du refroidissement pour atteindre des engagements sur leur soutien afin de faciliter une réduction progressive plus rapide des HFC et/ou une efficacité énergétique améliorée. 

Projets liés