Comité consultatif scientifique

Tenir la Coalition informée des dernières découvertes scientifiques pertinentes pour les politiques et des nouvelles opportunités de réduction

Une science solide a étayé la formation de la Coalition et guidera ses travaux à l'avenir.

Notre comité consultatif scientifique dédié est composé de scientifiques renommés représentant divers domaines des sciences de l'atmosphère et de l'environnement. Le groupe se réunit régulièrement pour examiner les dernières découvertes scientifiques sur les polluants climatiques à courte durée de vie et tient la Coalition au courant des nouveaux développements scientifiques pour éclairer les discussions politiques.

LES MEMBRES ACTUELS

Drew Shindel

Nicholas Professeur émérite de sciences de la Terre, Duke University
CCAC Chaire SAP

Chimie de l'atmosphère et changement climatique.

Drew Shindell est l'actuel président du Climate and Clean Air Coalition (CCAC) Comité consultatif scientifique. Il est professeur de sciences du climat à la Nicholas School of the Environment, Duke University. De 1995 à 2014, il a été scientifique au NASA Goddard Institute for Space Studies à New York.

Le Dr Shindell a enseigné la chimie atmosphérique à l'Université de Columbia pendant plus d'une décennie. Ses recherches portent sur les facteurs naturels et humains du changement climatique, les liens entre la qualité de l'air et le changement climatique, et l'interface entre la science et la politique du changement climatique. Il a été l'auteur de plus de 200 publications évaluées par des pairs et a reçu des prix de Scientific American, de la NASA, de l'EPA et de la NSF.

Voir profil externe

andrea hindwood

Scientifique en chef, Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE)

Andrea Hinwood (B.Sc., M.AppSc., PhD) est scientifique en chef au PNUE. Elle est une scientifique environnementale spécialisée dans les expositions environnementales et les impacts sur la santé humaine. Depuis mai 2017, Andrea est la toute première scientifique en chef de l'environnement à l'Environment Protection Authority (EPA) à Victoria, en Australie.

Dans ce rôle, elle a développé et mis en œuvre des programmes pour renforcer le rôle de l'EPA en tant qu'organisation scientifique fondée sur des preuves et pour prévenir la pollution et les impacts des déchets sur les communautés et l'environnement. Elle était auparavant professeure agrégée à l'Université Edith Cowan en Australie-Occidentale et a été membre et vice-présidente de l'Autorité de protection de l'environnement d'Australie-Occidentale et également membre de session du Tribunal administratif d'État d'Australie-Occidentale.

La carrière d'Andrea a inclus la prestation de conseils stratégiques au gouvernement sur une grande variété de questions environnementales, y compris les substances appauvrissant la couche d'ozone, la qualité de l'air, la gestion des incendies et de la fumée, les impacts sur la biodiversité et les contaminants émergents. Andrea est titulaire d'un doctorat de l'Université Monash de Melbourne, en Australie.

Andrea Hinwood (B.Sc., M.AppSc., PhD) est scientifique en chef au PNUE. Elle est une scientifique environnementale spécialisée dans les expositions environnementales et les impacts sur la santé humaine. Depuis mai 2017, Andrea est la toute première scientifique en chef de l'environnement à l'Environment Protection Authority (EPA) à Victoria, en Australie. Dans ce rôle, elle a développé et mis en œuvre des programmes pour renforcer le rôle de l'EPA en tant qu'organisation scientifique fondée sur des preuves et pour prévenir la pollution et les impacts des déchets sur les communautés et l'environnement.

Elle était auparavant professeure agrégée à l'Université Edith Cowan en Australie-Occidentale et a été membre et vice-présidente de l'Autorité de protection de l'environnement d'Australie-Occidentale et également membre de session du Tribunal administratif d'État d'Australie-Occidentale.

La carrière d'Andrea a inclus la prestation de conseils stratégiques au gouvernement sur une grande variété de questions environnementales, y compris les substances appauvrissant la couche d'ozone, la qualité de l'air, la gestion des incendies et de la fumée, les impacts sur la biodiversité et les contaminants émergents. Andrea est titulaire d'un doctorat de l'Université Monash de Melbourne, en Australie.

Voir profil externe

Michel Brauer

Professeur PhD, ScD, Université de la Colombie-Britannique

Évaluation de l'exposition et des impacts sur la santé de la pollution de l'air, intérêt particulier pour la pollution de l'air liée aux transports et à la biomasse. Ses recherches portent sur les liens entre l'environnement bâti et la santé humaine, avec un intérêt particulier pour la pollution de l'air liée aux transports et à la biomasse, les impacts sur la santé mondiale de la pollution de l'air et les relations entre les expositions multiples médiées par la forme urbaine (pollution de l'air, bruit, verdure) et la santé des populations.

Voir profil externe

Lisa Emberson

Prof Lisa Emberson Chercheuse affiliée SEI, Université de York

La pollution de l'air et les impacts du changement climatique sur la physiologie des plantes, s'étendant à la productivité des cultures entières, des arbres et des prairies. Élaboration de méthodologies d'évaluation des risques pour les lignes directrices sur la qualité de l'air afin de protéger la végétation.

Voir profil externe

Jiang Kejun

Chercheur senior à l'Energy Research Institute en Chine

Changement climatique et politique énergétique avec un accent sur l'évaluation de la politique des technologies énergétiques, l'évaluation de la politique d'approvisionnement énergétique, le développement des énergies renouvelables et la conservation de l'énergie, y compris les scénarios d'énergie et d'émissions, l'évaluation des taxes sur l'énergie et les carburants, la recherche sur le potentiel de la Chine à atteindre ses objectifs énergétiques et le développement de les modèles d'évaluation intégrée des politiques.

Voir profil externe

Shonali Pachauri

Chef de groupe de recherche du Groupe de recherche sur les solutions institutionnelles et sociales transformatrices, dans le cadre du programme Énergie, climat et environnement de (IIASA), Autriche.

Analyse des dimensions socio-économiques, démographiques et environnementales de l'accès et de l'utilisation de l'énergie par les ménages dans les pays en développement.

Voir profil externe

Johan Kuylenstierna

Leader chez SEI, membre du comité de recherche mondial de SEI et lecteur à l'Université de York, Royaume-Uni

Ses recherches portent sur divers aspects de la pollution de l'air à des échelles allant du régional au mondial, en particulier les effets des dépôts acidifiants, les dépôts d'azote eutrophisants et les impacts des polluants gazeux sur les cultures, les forêts et la santé humaine. Johan est directeur de recherche chez SEI. Auparavant, il a été directeur du centre SEI à York de 1997 à 2012, directeur des politiques de 2013 à 19 et a rejoint SEI en 1989. Avant cela, il faisait partie de l'Institut Beijer et a été à l'Université de York, où se trouve le centre SEI York depuis 1986. Il est membre du comité consultatif scientifique du Climate and Clean Air Coalition (CCAC).

Voir profil externe

Marielle Saunois

Maître de Conférences à l'Université de Versailles Saint Quentin associé au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement depuis 2011

Marielle Saunois est maître de conférences à l'Université de Versailles Saint Quentin associée au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement depuis 2011.

Ses recherches portent sur l'évaluation des sources et des puits mondiaux de méthane. Elle travaille avec des modèles de transport chimiques globaux et utilise des systèmes d'inversion 4D-var pour contraindre le cycle du méthane à l'aide d'observations atmosphériques. Elle co-dirige l'initiative Global Methane Budget - méthane du projet Global Carbon.

Avant d'être embauchée au LSCE, elle travaille sur la chimie troposphérique, y compris l'ozone et ses précurseurs, à l'aide d'un modèle de transport chimique, et les observations in-situ et à distance au Laboratoire d'Aérologie et au Centre National de Recherche Atmosphérique.

Voir profil externe

AR Ravishankara

Chimiste et scientifique de l'atmosphère, Colorado State University

Études atmosphériques, appauvrissement de l'ozone stratosphérique, changement climatique et qualité de l'air régional

Voir profil externe

Ilse Aben

Chercheur principal dans le groupe Terre au SRON

Le Dr Aben est un scientifique principal du groupe Terre du SRON. Le groupe se concentre principalement sur l'interprétation des données de télédétection par satellite des gaz à effet de serre (CO2 et méthane) et des espèces apparentées dans le cadre de la recherche sur le cycle du carbone. Le Dr Aben est le co-chercheur principal néerlandais et co-initiateur de l'instrument TROPOMI sur la mission Sentinel-5 Precursor. Elle dirige l'équipe SRON TROPOMI chargée de sauvegarder les performances scientifiques de la chaîne TROPOMI SWIR mesurant le CO et le méthane. Dans le passé, l'équipe a défini les exigences scientifiques SWIR, les exigences en matière d'instruments, fourni un soutien au développement d'instruments et aux compromis, à l'étalonnage du canal SWIR et au développement des algorithmes SWIR L2. Le Dr Aben est responsable d'un certain nombre de projets dans son groupe axés sur la détection et la quantification des émissions de sources localisées et étendues de méthane financées par différentes agences de financement (NWO, PNUE, EDF, ESA), et de plusieurs projets pour la livraison de produits de méthane à partir de différents satellites (ECMWF CAMS et C3S, ESA CCI+).

Voir profil externe

Tatsuya Hanaoka

Chef de la Division des systèmes sociaux, National Institute for Environmental Studies Japan

Le Dr Hanaoka a été membre du projet Asia-Pacific Integrated Assessment Modeling (AIM), dans les domaines de recherche des modèles de simulation informatique pour évaluer les options d'atténuation et les scénarios de réduction des émissions. Ses principaux domaines de recherche sont 1) la modélisation d'évaluation intégrée multirégionale et multisectorielle, 2) les scénarios d'émissions sur les gaz à effet de serre à longue durée de vie (LL-GHG), les polluants climatiques à courte durée de vie (SLCPs), les substances appauvrissant la couche d'ozone (SAO) et les polluants atmosphériques, en particulier dans les régions du monde et de l'Asie, 3) des analyses de co-bénéfices sur l'atténuation des émissions et l'impact sur la santé, et 4) des analyses de projection de la demande de services.

Voir profil externe

Gabrielle Dreyfus

Scientifique en chef à l'Institut pour la gouvernance et le développement durable

Le Dr Gabrielle Dreyfus est scientifique en chef à l'IGSD, où elle collabore avec des experts de premier plan et des partenaires internationaux pour mener des recherches, élaborer et faire progresser des politiques visant à ralentir le réchauffement climatique grâce à des stratégies visant à contrôler les polluants climatiques de courte durée, à améliorer l'efficacité énergétique et à protéger le carbone. les puits. 

Elle est chargée de cours auxiliaire à l'Université de Georgetown, où elle enseigne la politique scientifique. Le Dr Dreyfus est membre du Groupe d'évaluation technologique et économique du Protocole de Montréal et président du comité des académies nationales des États-Unis sur l'élimination du méthane atmosphérique : élaboration d'un programme de recherche.

Outre plus d'une douzaine de publications scientifiques et techniques, le Dr Dreyfus a été membre du comité d'examen technique du Global Cooling Prize et a travaillé comme auteur principal et coordonnateur d'un rapport de synthèse de l'Agence internationale de l'énergie et du Programme des Nations Unies pour l'environnement sur la l'intersection de l'efficacité énergétique et de la réduction progressive des gaz fluorés dans le secteur du refroidissement. 

Rebecca Guirlande

Professeur associé Université de Pretoria en Afrique du Sud

Rebecca Garland est professeure associée au Département de géographie, géo-informatique et météorologie de l'Université de Pretoria en Afrique du Sud. Ses recherches portent sur l'amélioration de la compréhension de la qualité de l'air et des sciences de l'atmosphère en Afrique australe. Cela comprend l'élaboration d'un inventaire des émissions, la modélisation photochimique de la qualité de l'air, l'évaluation des risques, de la vulnérabilité et des impacts, la planification de la gestion de la qualité de l'air fondée sur des données probantes et les liens entre la qualité de l'air et le changement climatique à l'échelle régionale et urbaine. Avant de rejoindre l'Université de Pretoria, Rebecca était chercheuse principale au sein du groupe de modélisation du climat et de la qualité de l'air au Conseil pour la recherche scientifique et industrielle (CSIR), Afrique du Sud. Elle a obtenu son doctorat de l'Université du Colorado à Boulder en se concentrant sur les sciences de l'atmosphère et a été boursière postdoctorale à l'Institut Max Planck de chimie à Mayence, en Allemagne.

Voir profil externe

N'Datchoh Evelyne Touré

Chercheur au LASMES, Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB) en Côte d'Ivoire

N'Datchoh E. TOURE est chercheur au Laboratoire des Sciences de la Matière, de l'Environnement et de l'Énergie Solaire (LASMES) de l'Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB) en Côte d'Ivoire. Elle a terminé son doctorat. en 2015 de l'Université fédérale de technologie d'Akure (FUTA) au Nigeria. Son doctorat. travaux axés sur les aérosols ouest-africains et leurs impacts sur le climat dans le cadre des bourses du Centre de services scientifiques ouest-africains sur le changement climatique et l'utilisation adaptée des terres (WASCAL) et du Programme éducatif de formation en sandwich (STEP) du Centre international de physique théorique (ICTP).

Après avoir obtenu son diplôme, elle a obtenu un poste postdoctoral au Laboratoire d'Aérologie de Toulouse (France) où elle a travaillé sur la modélisation du climat et l'étude des incertitudes dans les inventaires des émissions de la biomasse africaine et l'impact de la pollution atmosphérique sur la santé humaine.

Les recherches de son équipe au LASMES portent sur la pollution de l'air et ses impacts sur le climat, la météo et la santé humaine dans la région de l'Afrique de l'Ouest. Au sein de cette équipe, elle se concentre sur les aérosols et leurs impacts, ainsi que sur les changements climatiques. Elle est co-auteur d'une vingtaine d'articles à comité de lecture publiés dans des revues internationales sur le climat.

Elle contribue en tant qu'auteur principal coordinateur de l'évaluation africaine de la pollution de l'air et du changement climatique. Elle est également membre de l'équipe de mise en œuvre du Groupe africain sur les sciences de l'atmosphère (ANGA), un groupe de travail international sur la chimie atmosphérique mondiale (IGAC).

Voir profil externe

Venkataraman Chandra

Professeur titulaire de la chaire Shobha Dixit à l'Institut indien de technologie de Bombay

Chandra Venkataraman est professeur titulaire de la chaire Shobha Dixit à l'Institut indien de technologie de Bombay. Le Dr Venkataraman a été le responsable fondateur (2012-2018) du programme interdisciplinaire d'études climatiques, un premier programme de doctorat de ce type en Inde. Elle coordonne le réseau de 22 institutions COALESCE (émissions d'aérosols carbonés, répartition des sources et impacts climatiques) pour comprendre le cycle de vie des aérosols carbonés, les impacts climatiques et la rétroaction climatique sur la qualité de l'air dans la région indienne. Ses recherches portent sur l'intersection de la technologie et des émissions, de la science du climat, de la pollution de l'air et de la politique de durabilité environnementale. Les recherches du Dr Venkataraman ont donné lieu à plus de 100 publications évaluées par des pairs, un livre et quatre brevets. Elle a encadré des étudiants à des postes universitaires et de R&D dans le monde entier et a travaillé sur des systèmes institutionnels pour soutenir l'avancement des femmes professeurs et étudiantes en STEM.

Voir profil externe

Luis Carlos Belalcázar

Professeur associé au Département de génie chimique et environnemental, Université nationale de Colombie, Bogotá.

Luis Carlos Belalcazar est actuellement professeur associé au Département de génie chimique et environnemental de l'Université nationale de Colombie à Bogotá. Il a fait ses études de premier cycle et de maîtrise en génie chimique et environnemental en Colombie et a obtenu son doctorat. en sciences de l'environnement à l'EPFL. Le Dr Belalcazar a participé à des projets de recherche internationaux dans différents pays (Suisse, Vietnam, Cuba, Équateur, Chili et Colombie) et a publié plus de 40 articles évalués par des pairs. Ses recherches se concentrent actuellement sur la mise en œuvre et la combinaison de différents outils de recherche pour l'évaluation intégrée et l'élaboration de politiques sur la pollution de l'air et le changement climatique.

Voir profil externe

Sophie Szopa

Chimiste de l'atmosphère au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement

Sophie Szopa est chimiste atmosphérique au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement. Elle utilise des modèles numériques pour étudier comment la chimie intervient dans la modification de la composition de l'atmosphère et comment cela affecte le climat et la qualité de l'air.

Elle a mené des travaux sur ces différentes problématiques environnementales actuelles, avant de s'intéresser au rôle de cette chimie dans le passé lointain de la Terre. Elle a participé à l'évaluation des connaissances sur les bases physiques du changement climatique pour le GIEC (AR6) et a coordonné un chapitre sur les composés chimiques à vie courte agissant sur le climat. Elle a participé à la rédaction du Résumé à l'intention des décideurs de ce rapport et à son approbation par les gouvernements. Elle est actuellement vice-présidente de l'Université Paris-Saclay, en charge du développement durable.

Voir profil externe

Fayez Abdallah

Professeur, PhD, ressources en eau et génie environnemental, Université jordanienne des sciences et technologies

Fayez Abdulla est professeur de ressources en eau et d'ingénierie environnementale au département de génie civil de l'Université jordanienne des sciences et technologies et directeur du Centre Reine Rania Al-Abdullah pour les sciences et technologies de l'environnement. 

Il possède plus de 28 ans d’expérience nationale, régionale et internationale dans les domaines des ressources en eau, du changement climatique et de l’ingénierie environnementale. Ses recherches portent sur les études liées au changement climatique, notamment les études de vulnérabilité et d'impact du changement climatique sur les secteurs de l'eau, des déchets, de l'agriculture, de la santé et de l'énergie. 

Il a réalisé plusieurs évaluations d’émissions de GES provenant des secteurs des déchets et de l’agriculture. Il a publié plus de 60 articles sur les impacts climatiques, les études d’atténuation et d’adaptation dans divers secteurs. Ses recherches portent actuellement sur le changement climatique et la santé humaine en lien avec la pollution de l'air, la rareté de l'eau et les tempêtes de poussière de sable.  

Voir profil externe

Eric Zusmann

Chercheur principal en politiques/chef de secteur à l'Institute for Global Environmental Studies à Hayama, Japon

Eric Zusman est chercheur principal en politiques/chef de secteur à l'Institute for Global Environmental Studies à Hayama, au Japon. Le Dr Zusman est titulaire d'un baccalauréat en chinois mandarin de l'Université Rutgers, d'une double maîtrise en politique publique et études asiatiques de l'Université du Texas à Austin et d'un doctorat. en sciences politiques de l'Université de Californie à Los Angeles.

Pendant une grande partie des deux dernières décennies, il a mené des recherches sur les questions environnementales en Asie. Cela a inclus la collaboration avec la Commission chinoise pour la conservation du fleuve Jaune, l'Académie chinoise de recherche sur les sciences de l'environnement, le Forum chinois sur l'environnement du Woodrow Wilson Center ainsi qu'avec l'Academia Sinica de Taiwan. Il a publié des livres et des articles sur la rareté de l'eau, la réglementation de la pollution de l'air, le droit de l'environnement, la gouvernance à plusieurs niveaux, les transitions vers la durabilité, le développement à faible émission de carbone et les objectifs de développement durable.

Il est actuellement auteur principal du sixième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (chapitre 17).

Voir profil externe

ANCIEN MEMBRES

Markus Aman

Analyse des aspects climatiques, environnementaux et sanitaires des polluants atmosphériques.

Analyse des aspects climatiques, environnementaux et sanitaires des polluants atmosphériques.

Voir profil externe

Graciela Binimelis de Raga

Pollution par les aérosols et interactions aérosols-nuages-précipitations

Dr Graciela B. Raga, née en Argentine, a fait ses études de premier cycle en météorologie à l'Université de Buenos Aires et a obtenu un doctorat en sciences atmosphériques à l'Université de Washington (États-Unis) en 1989.

Des travaux postdoctoraux à Environnement Canada et à l'Institut des sciences et technologies de l'Université de Manchester (Royaume-Uni) lui ont donné l'occasion de développer des recherches sur les interactions nuages-aérosols grâce à des mesures in situ avec des avions de recherche. Elle est scientifique et professeure à l'UNAM depuis 1995. Elle est l'auteur de 76 publications évaluées par des pairs et de plusieurs chapitres de livres, et a supervisé 16 thèses de maîtrise et de doctorat.

Ses recherches au Mexique se sont davantage concentrées sur la pollution urbaine par les aérosols, offrant une nouvelle direction en apportant un contexte physique à la recherche sur la pollution. Elle a développé plusieurs cours de niveau gradué et a enseigné systématiquement au cours des 20 dernières années. Elle a été membre de plusieurs comités internationaux, dont l'International Global Atmospheric Chemistry (IGAC), la Commission internationale des nuages ​​et des précipitations (ICCP), l'initiative Aerosol-Cloud-Precipitation-Climate (ACPC) du Programme international de la biosphère mondiale (IGBP) et membre du Comité scientifique conjoint du Programme mondial de recherche sur le climat (WCRP). Elle a été rédactrice en chef de la revue Atmosfera, membre de l'Académie des sciences du Mexique, du Système national de recherche (SNI, niveau III) du Conseil national de la recherche du Mexique (CONACYT) et de l'Organisation des femmes du tiers monde en Science.

Elle est actuellement associée principale du Centre international de physique théorique (ICTP). Elle a été l'auteur principal du groupe de travail I du quatrième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), y compris la participation au résumé à l'intention des décideurs et au résumé technique de l'évaluation. Récemment, elle a coprésidé l'évaluation régionale sur SLCP en Amérique latine et dans les Caraïbes, dont le résumé à l'intention des décideurs a été présenté lors de la réunion de l'UNEA en 2016.

Elle est également membre du Comité pour la prévention des changements climatiques extrêmes (CPECC), présidé par les Drs. Ramanathan, D. Zaelke et M. Molina.

Voir profil externe

Jian Liu

Science et politique pour la gestion des écosystèmes, l'agriculture, l'environnement et le changement climatique

Science et politique pour la gestion des écosystèmes, l'agriculture, l'environnement et le changement climatique

Kristine Aunan

Évaluation de l'impact sur la santé, accent mis sur les environnements avec une utilisation intensive de combustibles domestiques sales et une exposition aux...

Évaluation de l'impact sur la santé, se concentrant sur les environnements avec une utilisation intensive de combustibles ménagers sales et une exposition à la pollution de l'air intérieur (Chine, Mongolie, Afrique) Travail de terrain lié aux mesures d'exposition à la pollution de l'air en milieu rural

Voir profil externe

Shardul Agrawala

Changement climatique et développement, l'économie du changement climatique

Changement climatique et développement, l'économie du changement climatique

Harry Clark

Le Dr Clark est un expert néo-zélandais de la recherche sur les gaz à effet de serre agricoles et est actuellement directeur du New Zealand...

Le Dr Clark est un expert néo-zélandais de la recherche sur les gaz à effet de serre agricoles et est actuellement directeur du New Zealand Agricultural Greenhouse Gas Research Centre, avant de diriger la section Climat, Terre et Environnement d'AgResearch. Harry siège également à un certain nombre de panels et de comités gouvernementaux néo-zélandais et internationaux et copréside le groupe de recherche sur l'élevage de l'Alliance mondiale de recherche sur les gaz à effet de serre agricoles.

Voir profil externe

Jacob Mulugetta

Systèmes énergétiques, développement, politique industrielle

Systèmes énergétiques, développement, politique industrielle

Voir profil externe

Veerabhadran Ramanathan

Observations et modélisation de SLCPs.

Victor Alderson Professeur de sciences océaniques appliquées et directeur du Center for Atmospheric Sciences à la Scripps Institution of Oceanography, Université de Californie, San Diego (États-Unis). Le professeur Ramanathan mène des recherches originales sur les sciences du climat et de l'atmosphère depuis les années 1970. Il a découvert le super effet de serre des halocarbures (CFC) en 1975 et a utilisé des observations pour quantifier l'important effet de réchauffement climatique du noir de carbone.

Il a dirigé des campagnes internationales sur le terrain, développé des plates-formes d'aéronefs sans pilote pour suivre la pollution des nuages ​​bruns dans le monde entier, et éduqué et formé la prochaine génération de scientifiques. Sur la base de ses recherches, il a développé une nouvelle approche pour atténuer le changement climatique qui consiste à atténuer les émissions de quatre polluants climatiques à courte durée de vie (SLCPs) pour réduire drastiquement le réchauffement à court terme et ralentir le recul des glaciers himalayens.

Il met désormais en œuvre cette nouvelle approche sur le terrain. Le professeur Ramanathan a mené des travaux sur les observations et la modélisation de SLCPs, en particulier le noir de carbone en Asie. Il a fondé, conçu et dirigé le projet Surya, un effort prolongé pour caractériser et atténuer les impacts environnementaux du carbone noir, de l'ozone et du méthane dans l'Inde rurale.

Il a également lancé ICAMP, un projet parrainé par la Banque mondiale visant à réduire les émissions de suie du secteur des transports en Inde. Impliqué dans la recherche sur les stratégies d'atténuation et a publié sur les options techniques et politiques pour SLCP réduction.

Voir profil externe

Supat Wongwangwatana

Gestion de l'environnement, contrôle de la qualité de l'environnement et...

Gestion de l'environnement, contrôle de la qualité de l'environnement et planification de la politique environnementale (y compris une expérience pratique de la gestion des transports à Bangkok)

Voir profil externe

Paul Michel Booth

2014 - 2016. Directeur et Professeur, Lawrence National Center for Policy and Management, Richard Ivey School of Business, Western University (Canada)

A agi à titre de consultant indépendant auprès des gouvernements provinciaux et fédéral du Canada, et à l'échelle internationale auprès de la Banque mondiale, du gouvernement du Nigéria, des Nations Unies et du Conseil de recherches pour le développement international. A également occupé le poste de sous-ministre au ministère des Finances de la Saskatchewan, à Finances Canada et à Industrie Canada. A été sous-ministre d'Environnement Canada (2010-2012).

Andy Haines

2014 - 2018. Recherche en soins primaires et étude des influences environnementales sur la santé, y compris les effets potentiels du changement climatique et les co-bénéfices sanitaires de l'économie à faibles émissions de carbone.

Mario J. Molina

Le Dr Molina était l'un des plus grands chercheurs mondiaux en chimie atmosphérique.

Il a co-écrit, avec FS Rowland en 1974, l'article original prédisant l'amincissement de la couche d'ozone à la suite de l'émission de certains gaz industriels, les chlorofluorocarbures (CFC), qui leur a valu le prix Nobel de chimie. De plus, ses recherches et publications sur le sujet ont abouti au Protocole de Montréal des Nations Unies, le premier traité international qui a effectivement fait face à un problème environnemental d'envergure mondiale et d'origine anthropique.

Le Dr Molina était l'un des plus grands chercheurs mondiaux en chimie atmosphérique. Il a co-écrit, avec FS Rowland en 1974, l'article original prédisant l'amincissement de la couche d'ozone à la suite de l'émission de certains gaz industriels, les chlorofluorocarbures (CFC), qui leur a valu le prix Nobel de chimie.

De plus, ses recherches et publications sur le sujet ont abouti au Protocole de Montréal des Nations Unies, le premier traité international qui a effectivement fait face à un problème environnemental d'envergure mondiale et d'origine anthropique.

Voir profil externe

Zhang Shiqiu

2014 - 2018. Analyse économique d'une stratégie de contrôle de plusieurs polluants, et gestion régionale et évaluation des politiques.

Sokona Youba

2012 - 2014. Coordinateur, African Climate Policy Center, basé à la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (Éthiopie).

Coprésident du groupe de travail III du GIEC. Auparavant secrétaire exécutif de l'Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS). Vaste expérience en Afrique dans le développement de politiques. A exercé diverses fonctions de conseil auprès des gouvernements africains. Publié abondamment sur les questions d'énergie, d'environnement et de développement avec un accent sur l'Afrique

Leena Srivastava

2012 - 2014. Le Dr Srivastava a plus de trente ans d'expérience dans les domaines de l'énergie et de l'environnement, y compris le changement climatique, la politique et l'économie.

Elle est titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université d'Hyderabad et d'un doctorat en économie de l'énergie de l'Indian Institute of Science de Bangalore, en Inde.
Nino Kunzli

Professeur Nino Künzli, MD, PhD, MPH, Swiss TPH

Épidémiologie environnementale avec un accent principal sur la compréhension des effets de la pollution de l'air sur la santé grâce à la science de l'exposition et à la recherche épidémiologique.

Voir profil externe

Michael Grutter

Professeur Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM)

Michel Grutter est professeur à l'UNAM dans les programmes de premier cycle et de cycles supérieurs en sciences de la Terre. Il a étudié la chimie à l'Université du Texas, aux États-Unis et a conclu en 1999 son doctorat en chimie physique à l'Université de Bâle en Suisse. Le Dr Grutter dirige maintenant un groupe de recherche actif dans le domaine de la spectroscopie et de la télédétection à l'Institut des sciences de l'atmosphère et du changement climatique.

Ses principaux domaines de recherche visent à détecter et à caractériser les changements dans la composition de la Terre au moyen de méthodes optiques, en exploitant des stations au sol qui servent à la caractérisation des forces des sources, à la distribution et au transport des polluants atmosphériques ainsi qu'à l'identification de la variabilité des espèces pertinentes pour le climat. . Il a coordonné un grand nombre de projets nationaux et internationaux et a participé à plusieurs équipes et comités scientifiques (IGAC, TEMPO, GeoCarb, etc.).

Il a été chef du département d'observation et d'instrumentation atmosphériques de son institut entre 2014 et 2021, où il a coordonné un projet au Mexique visant à établir un réseau universitaire d'observatoires atmosphériques à l'échelle nationale pour favoriser la collaboration multidisciplinaire et l'enseignement des sciences de l'atmosphère.

Voir profil externe