CCAC à la COP28 - Mises à jour quotidiennes : 3 décembre

by CCAC Secrétariat - 3er décembre 2023
Un résumé des développements de la 3ème journée de la COP28, 2023

 

La troisième journée de la COP28 s’est imposée comme un tournant historique dans l’action climatique mondiale. Une décarbonation profonde ainsi qu'une atténuation des gaz sans CO2, en particulier le méthane, étaient au centre des engagements climatiques renouvelés dans les trois secteurs clés, à savoir l'énergie, les déchets, l'alimentation et l'agriculture.

Assis ici dans cette salle, je sais que nous devons nous engager. Nous l’avons déjà fait aujourd’hui. Nous nous engageons à prendre des mesures cruciales pour réduire les émissions de méthane en garantissant l’élimination du torchage du gaz. Il y a une énorme pénalité pour cela. Il existe également une énorme incitation à le faire. Les mesures prises ici constituent sans aucun doute une évolution bienvenue. Plus de 86 pays couvrant bien plus de la moitié des émissions ont mis en place des plans d’action nationaux sur le méthane et nous nous engageons avec nos partenaires pour les développer. Et nous lançons de nouvelles initiatives et partenariats passionnants, notamment la réduction des déchets organiques ou la réduction des émissions de méthane, pour soutenir certains efforts nationaux de réduction des déchets dans le monde. Je suis très heureux d'annoncer aujourd'hui que les États-Unis, l'Union européenne, d'autres gouvernements, des organismes philanthropiques et le secteur privé ont largement dépassé cet objectif. Et ensemble, nous avons mobilisé plus d’un milliard de dollars de nouvelles subventions depuis la COP1 pour le méthane, ce qui a plus que triplé les précédentes subventions annuelles pour le méthane. Et puis nous exploiterons le score en matière d’investissement dans le projet. Et ces fonds vont soutenir la réduction des émissions de méthane dans tous les secteurs, en mettant l’accent sur les pays à revenu faible et intermédiaire. – John Kerry, envoyé spécial du président américain pour le climat lors d'une session sur le méthane et d'autres gaz à effet de serre autres que le CO2

« Pour garder un avenir à 1.5°C à notre portée, nous avons besoin que tout le monde – villes, États, régions et gouvernements nationaux – continue à intensifier ses ambitions. LOW Mthane va être un outil essentiel pour dynamiser l’action à plusieurs niveaux pour lutter contre le méthane provenant des déchets, qui représentent 20 % des émissions mondiales de méthane. - John Kerry, envoyé spécial du président américain pour le climat

« La réduction des émissions de méthane est cruciale pour respecter notre engagement de 1.5 degré dans le cadre de l’Accord de Paris. Chaque fraction peut immédiatement réduire la hausse de la température mondiale. Nous disposons des outils nécessaires pour lutter contre le gaspillage et le torchage du gaz et pour utiliser les ressources récupérées pour une transition énergétique équitable. Avec le programme « Vous collectez, nous achetons », nous montrons la voie à suivre. Et avec 175 millions d’euros pour le Mthane Finance Sprint, nous aidons les pays à revenu faible et intermédiaire à agir également. – SE Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne

« Comme le temps presse, nous devons être intelligents et déterminés quant à la manière de rester en dessous d’un réchauffement mondial de 1.5 degré. Une manière intelligente serait que tous s’engagent à mettre fin dès maintenant aux fuites de méthane et à réglementer de toute urgence tous les autres superpolluants. » a déclaré Mia Amor Mottley, Premier ministre de la Barbade.

"Réduire le méthane aujourd'hui contribuera à ralentir le réchauffement au cours de la prochaine décennie, car c'est l'un des meilleurs moyens de réduire l'intensité des impacts climatiques coûteux à court terme, notamment les incendies de forêt, les inondations et la sécheresse." – Ambassadrice Catherine Stewart, ambassadrice du Canada pour les changements climatiques

« Lorsque je parle de méthane, ou lorsque John Kerry parle de méthane, nous entendons souvent beaucoup plus parler de méthane fossile, de méthane de pétrole et de gaz que de méthane résiduaire. Et nous sommes ici aujourd’hui pour contribuer à changer cela, car le secteur des déchets génère un cinquième des émissions de méthane à l’échelle mondiale. Nous sommes donc ici aujourd’hui pour mettre également les déchets de méthane sur la carte. Nous devons envoyer un signal clair selon lequel la réduction du méthane provenant du secteur des déchets constituera une partie importante de notre travail, conformément aux Global Methane Pledge aller de l'avant. Et les bénéfices en découleront bien au-delà du climat. Lorsque nous réduisons les pertes et le gaspillage alimentaires, nous renforçons la sécurité alimentaire. Lorsque nous séparons les matières organiques des flux de déchets, nous générons du compost et d’autres produits de grande valeur. Et lorsque nous fermons les décharges à ciel ouvert et améliorons les décharges, nous réduisons la pollution des océans, et nous améliorons la santé et la sécurité publiques et tout ce travail est incroyablement local dans le secteur des déchets. Et c’est pourquoi nous sommes reconnaissants de voir des villes comme Lagos, Santiago et Rio jouer un rôle de premier plan et de faire décoller l’initiative LOW Mthane. Nous espérons que nos collègues du Brésil pourront inscrire ce travail à l'ordre du jour du G20 et de Rio l'année prochaine. Et ce travail nécessite une collaboration étroite avec les gouvernements nationaux. C'est pourquoi il est formidable d'avoir les gouvernements nationaux du Chili, du Nigeria, de la République dominicaine et de l'Indonésie prêts à faire partie d'un programme FAIBLE en méthane dès le départ. D'autres sont également en route. »- Rick Duke, envoyé spécial adjoint des États-Unis pour le climat lors de l'événement le ÉCHELLE : Faire progresser une action climatique ambitieuse à plusieurs niveaux.

« Le combat final pour maintenir 1.5 degré en vie est lancé. Et nous luttons pour la justice climatique. Ce sont des combats que nous pouvons gagner. Cette COP peut gagner avec un double objectif : ambition maximale en matière d’atténuation et ambition maximale en matière de justice climatique, à savoir prendre pleinement en compte les intérêts des pays en développement. Ce que nous devons éviter à tout prix, c’est un compromis basé sur une ambition minimale en matière d’atténuation et une ambition minimale en matière de justice climatique. Parce que les pays en développement perdraient deux fois, perdraient parce qu’il n’y a pas de justice climatique et perdraient parce que sans atténuation efficace, les impacts dramatiques du changement climatique seraient [subirent] essentiellement les populations vulnérables du Sud. » - Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, au sommet des dirigeants du G77+Chine COP28

« Parce que le méthane est si puissant, mais a une durée de vie beaucoup plus courte dans l’atmosphère que le dioxyde de carbone, il est essentiel de réduire les émissions dès maintenant pour limiter les températures mondiales au cours de la prochaine décennie, et avant de franchir des points de bascule mondiaux irréversibles, pour éviter une catastrophe climatique. Sans une double action sur le méthane et le dioxyde de carbone, il n’y a pas de voie viable vers la stabilité climatique », a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement.

"Les parties devraient créer un accord mondial obligatoire sur le méthane qui reconnaît l'atténuation des émissions de méthane comme le moyen le plus important et le plus rapide de ralentir le réchauffement dans la période critique à court terme, guidé par l'évaluation mondiale du méthane de 2021" - Déclaration mondiale de la jeunesse – COY18 EAU

Lors du tout premier Sommet local d’action pour le climat de la COP, le Échange des dirigeants infranationaux de l'action climatique (SCALE) a célébré sa première année réussie en dévoilant une initiative transformatrice pour lutter contre les émissions de méthane provenant du secteur des déchets. Le Sommet a lancé l'initiative de réduction du méthane des déchets organiques (LOW-Mthane) ou LOW-Mthane. L'ambition de LOW-Mthane est de réduire d'au moins 1 million de tonnes de réduction annuelle de méthane dans le secteur des déchets bien avant 2030 avec 40 juridictions infranationales et de débloquer plus de 10 milliards de dollars d'investissements. Le financement, identifié comme un déficit critique de mise en œuvre, est comblé par cette initiative. Martina Otto, Directrice du PNUE-convoquée Climate and Clean Air Coalition (CCAC) Secrétariat qui fournit des services de secrétariat au Global Methane Pledge a souligné que cette COP a réussi à transformer la question du méthane en un mouvement mondial, avec plus de 150 pays et de nombreux partenaires s'étant inscrits à l'action. L'importance des déchets, qui contribuent à 20 % des émissions anthropiques de méthane, souligne la nécessité de réduire de 30 à 35 % les émissions de méthane. L’approche ne s’attaque pas seulement aux émissions actuelles de méthane, mais se concentre également sur la prévention des problèmes futurs, notamment dans le contexte des décharges. L'événement a souligné la nature interconnectée de l'atténuation du méthane provenant du secteur des déchets et a souligné l'importance de la participation communautaire et de la coopération à plusieurs niveaux.

Groupes philanthropiques a annoncé un investissement de 450 millions de dollars au cours des trois prochaines années pour aider les pays à lancer des actions nationales pour lutter contre le méthane. L’accent mis sur les zones urbaines et les engagements financiers ciblés soulignent une approche holistique pour relever les défis climatiques.

Turkménistan, Kazakhstan, Angola, Kenya et Roumanie rejoint le Global Methane Pledge. Les États-Unis et le Kazakhstan ont publié un accord conjoint déclaration ont réitéré leur engagement à relever le défi urgent posé par les émissions de méthane.

Les États-Unis annoncé des normes finales pour réduire fortement les émissions de méthane provenant des opérations pétrolières et gazières, ce qui permettra d'atteindre une réduction de près de 80 % par rapport aux futures émissions de méthane attendues sans la règle.  

Lors du Sommet Accélérer l’atténuation rapide : sur le méthane et les gaz à effet de serre sans CO2, les États-Unis et les Émirats arabes unis ont appelé les parties à l’Accord de Paris à soumettre 2035 XNUMX CDN couvrant l’ensemble de l’économie et couvrant tous les gaz à effet de serre.  

Les gouvernements, les organismes philanthropiques et le secteur privé se sont réunis pour annoncer une hausse sans précédent. 1 milliard de dollars de nouvelles subventions pour la réduction du méthane mobilisées depuis la COP27 en soutien à la Sprint de financement du méthane, qui fait plus que tripler le financement annuel actuel des subventions et mobilisera des milliards d'investissements dans des projets.  

Le président de la COP28, le Dr Sultan Al Jaber, a dévoilé le Accélérateur mondial de décarbonisation (GDA) qui se concentre sur trois piliers clés : faire évoluer rapidement le système énergétique de demain ; décarboner le système énergétique d’aujourd’hui ; et cibler le méthane et d’autres gaz à effet de serre (GES) autres que le CO2.

Les Émirats arabes unis se sont engagés 100 millions de dollars au Fonds fiduciaire de la Banque mondiale pour Partenariat mondial pour la réduction du torchage des gaz. La Banque mondiale annoncé qu'il détaillera un plan pour réduire les émissions de méthane au cours des prochains jours.

Le sommet a souligné les initiatives majeures visant à lutter contre le méthane, les HFC et le refroidissement. Les Émirats arabes unis ont annoncé leur intention de ratifier l'Amendement de Kigali au Protocole de Montréal. Les gouvernements ont réitéré leur récent accord en faveur de la plus grande reconstitution jamais réalisée du Fonds multilatéral de Montréal, avec un financement de 965 millions de dollars pour soutenir la mise en œuvre de l'Amendement de Kigali et l'efficacité énergétique, et ont salué le lancement du Global Cooling Pledge.

Au Revenir sur la bonne voie : le chemin critique jusqu'à 1.5 °C en infléchissant la courbe du méthane la nécessité d’une double stratégie, axée à la fois sur une décarbonation profonde et sur une réduction des émissions de méthane, a été soulignée. Martina Otto, directrice du Climate and Clean Air Coalition Le Secrétariat a souligné que les avantages de la réduction du méthane s'étendent à la santé, à la sécurité alimentaire, à la nature et à la résilience. Elle a souligné la nécessité de politiques, d'incitations financières et de mécanismes de marché innovants pour favoriser la réduction des émissions de méthane. Elle a ajouté : « le succès de la réduction des émissions de méthane dépend de la transmission des bons signaux par le biais de politiques et d’incitations financières. Le Climate and Clean Air Coalition (CCAC) a travaillé avec plus de 86 pays sur des feuilles de route, et il existe un énorme engagement de la part de plus de 150 pays à travers le Global Methane Pledge. Même s’il existe un intérêt et un engagement forts, il est nécessaire de combler le déficit de financement. Moins de 2 % du financement climatique est actuellement consacré à l’action contre le méthane. Des efforts sont en cours pour ouvrir des fenêtres de financement, développer des projets bancables et créer un pipeline d’initiatives.

La nécessité d'un financement ciblé sur le méthane à tous les niveaux, plaidant pour un soutien aux pays en développement dans l'élaboration de politiques et de réglementations, a également été soulignée lors de la conférence. Le rôle de la finance climatique pour répondre aux Global Methane Pledge. Les banques multilatérales de développement ont été identifiées comme étant essentielles pour stimuler les investissements du secteur privé et l'annonce de nouvelles installations ciblant le méthane a été saluée. Tout en reconnaissant l'importance des BMD, l'événement a souligné la nécessité constante d'aider les gouvernements à explorer des technologies innovantes et à définir leur viabilité économique, comme prévu dans le cadre du plan d'action. CCAC Groupe de l'évaluation technique et économique (TEAP)

Moment méthane avec Karina Barrera de l'Équateur
URL de la vidéo distante

Événements connexes