Mises à jour quotidiennes de la Conférence sur le climat et l'air pur – Jour 2

by CCAC Secrétariat - 27 février 2024
La Conférence sur le climat et l’air pur 2024 a réuni les CCACLes 86 partenaires étatiques et 83 partenaires non étatiques de l'Union européenne pour discuter des dernières avancées scientifiques et politiques, partager les meilleures pratiques et élaborer un programme commun dans les secteurs émetteurs clés comme l'agriculture, les déchets, les combustibles fossiles, l'énergie domestique, les véhicules lourds et les moteurs, et refroidissement.

 

Le deuxième jour de la Conférence sur le climat et l’air pur 2 a souligné la nécessité urgente d’accélérer les efforts de réduction des émissions à grande échelle au cours de la décennie. En mettant l’accent sur l’atténuation des polluants climatiques à courte durée de vie (SLCPs) et face à la pollution atmosphérique, les parties prenantes ont souligné l'importance cruciale d'une action immédiate pour atteindre les objectifs climatiques internationaux et protéger la santé publique. 

Les discussions ont porté sur la nécessité impérative de renforcer le soutien politique et de mobiliser des financements dans divers secteurs, notamment les banques multilatérales de développement (BMD), la philanthropie, les villes et les gouvernements nationaux. Les parties prenantes ont souligné la nécessité d'augmenter les ressources financières pour conduire SLCP efforts d’atténuation et atteindre les objectifs mondiaux de durabilité. 

La conférence a présenté des approches holistiques de SLCP l’atténuation, en intégrant les dimensions quantitatives et qualitatives dans les stratégies. Les efforts de collaboration entre les gouvernements infranationaux, les organismes philanthropiques et les agences de développement ont été soulignés comme étant essentiels pour stimuler les investissements dans SLCP l’atténuation et la promotion du développement durable. 

Lors des séances d'aujourd'hui, un appel pressant a été lancé pour accélérer les efforts visant à parvenir à des réductions significatives des émissions afin d'atteindre les objectifs climatiques internationaux et de lutter contre l'impact néfaste de la pollution atmosphérique sur la santé publique. La journée a souligné la nécessité cruciale d’une action concertée et d’une mobilisation financière pour lutter contre le changement climatique et la pollution atmosphérique. 

Panel plénier 1 : Intensifier l’action infranationale pour un impact mondial 

La première table ronde réunissait des experts de la philanthropie, des agences de développement et des gouvernements infranationaux pour discuter de la manière de mobiliser le financement pour intensifier l'activité. SLCP efforts d’atténuation, en mettant l’accent sur les actions infranationales. Le panel était animé par Sean Maguire du Clean Air Fund. Les panélistes ont partagé leurs idées et leurs expériences, abordant des questions sur le rôle des gouvernements infranationaux dans l'atténuation des émissions de méthane et de carbone noir et sur l'importance des réseaux infranationaux dans la mobilisation du financement.  
 

Les entités infranationales ont un rôle important à jouer dans la résolution des problèmes liés au climat et à la qualité de l’air, notamment en participant aux conversations/négociations internationales et en mobilisant des financements pour soutenir la mise en œuvre des politiques. SLCP atténuation. L’engagement politique, les incitations pour les entreprises, ainsi que l’engagement et la communication claire avec les citoyens tout en travaillant avec les gouvernements nationaux sont nécessaires au succès.

M. Wade Crowfoot, secrétaire aux ressources naturelles de l'État de Californie, a souligné le leadership de la Californie dans la définition d'objectifs fondés sur la science et la mobilisation des gouvernements infranationaux. 
 


Mme Lorraine Gerrans, directrice de la gestion environnementale du Cap, a expliqué les efforts du Cap vers la neutralité carbone et le rôle des réseaux infranationaux dans la mobilisation des financements. 
 


M. Malick Haidara, conseiller principal en climat et énergie, USAID, a discuté du soutien de l'USAID aux gouvernements infranationaux et de l'importance du soutien politique dans la collecte de fonds pour l'atténuation. 

 



Panel plénier 2 : Expériences des pays en matière d'intensification de la mise en œuvre des SLCP Atténuation 

Des représentants du Nigeria, du Vietnam, du Chili, du Ghana, du Maroc et de la Côte d'Ivoire ont partagé des idées inestimables sur la façon dont le CCAC A influencé SLCP d’atténuation dans leurs pays respectifs. Les discussions ont porté sur les mesures de conformité dans le secteur pétrolier et gazier, sur l'incitation aux investissements du secteur privé et sur la quantification des avantages pour la santé découlant de la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (NDC). 

CCAC le soutien aux gouvernements nationaux en matière de planification intégrée du climat et de la qualité de l’air a été nécessaire et utile pour développer des SLCP stratégies et stratégies sectorielles de mise en œuvre, conduisant à plus d’ambition dans de nombreux pays en développement CDN. La collaboration avec les agences gouvernementales compétentes, les parties prenantes et l'industrie a été essentielle à l'adoption réussie du SLCP mesures identifiées dans le SLCP plans.  
Les considérations pour la prochaine mise à jour des CDN et les recommandations visant à intensifier la mise en œuvre ont été des points clés à retenir pour de nouvelles actions. 
 


Lors des séances en petits groupes sur l'élaboration d'une feuille de route sur le méthane, des conférenciers et des participants du monde entier se sont réunis pour mener des actions visant à réduire les émissions de méthane et à améliorer les contributions déterminées au niveau national (NDC) et les rapports biennaux de transparence (BTR).  
 


Session 1 : Développement d'une feuille de route sur le méthane en Afrique 

Les représentants des pays du Nigeria, du Cameroun et de la Côte d'Ivoire ont partagé leurs projets visant à inclure le méthane et d'autres SLCPs dans leurs NDC révisés et leurs nouveaux BTR. 

L'importance des feuilles de route sur le méthane et leur rôle dans le renforcement des ambitions des CDN et des plans nationaux ont été soulignés. Les panélistes ont appelé au soutien de la mise en œuvre de la feuille de route sur le méthane, y compris la nécessité d'une expertise accrue et d'une mobilisation des ressources. Des discussions plus approfondies sur la mise en œuvre de la feuille de route sur le méthane ont porté sur la nécessité de mécanismes de coordination reliant la planification au financement, le rôle de l'engagement et du plaidoyer du public, ainsi que la nécessité de cadres réglementaires. 

Session 2 : Élaboration d'une feuille de route sur le méthane en Amérique latine et dans les Caraïbes (ALC) et en Asie 

Des intervenants du Cambodge, du Chili et de la Colombie ont discuté de leurs expériences et des défis liés à l'intégration du méthane et SLCPs dans leurs plans d'action climatique et partagé des informations sur les stratégies d'inclusion du méthane dans les NDC et les BTR. 

La séance a souligné la nécessité d'une collaboration et d'un soutien pour accélérer les progrès vers l'atteinte des objectifs de réduction des méthanes et l'amélioration de la transparence des rapports. Les discussions ont porté sur l'identification des opportunités d'intensifier l'action, de tirer parti des succès et de plaider en faveur d'une ambition accrue dans les efforts d'atténuation des émissions de méthane. 

Ces séances en petits groupes ont servi de plate-forme pour sensibiliser le public au programme d'accélération de la feuille de route sur le méthane (M-RAP) et favoriser un sentiment de communauté entre les pays engagés dans la lutte contre les émissions de méthane. Les discussions ont souligné la nécessité urgente d'une action collaborative pour atteindre les objectifs énoncés dans le Global Methane Pledge. 

Lancement du Cadre pour un développement de l’élevage sensible au genre 

La FAO, l'ILRI, le FIDA et la Banque mondiale ont lancé un nouveau rapport intitulé « Un cadre pour un développement de l'élevage sensible au genre : contribuer à un monde libéré de la faim, de la malnutrition, de la pauvreté et des inégalités » dans le but de soutenir la planification et la mise en œuvre de programmes d'élevage sensibles au genre. politiques, projets et investissements liés au développement du secteur de l’élevage. Il fournit un cadre global pour soutenir la formulation de plans d'action et de documents d'orientation contribuant à l'égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes à travers le développement de l'élevage. 

Séance du pôle agricole 

Cette séance a approfondi des discussions critiques sur l'avancement de l'atténuation du méthane dans les systèmes d'élevage et le secteur rizicole, et a souligné l'importance des approches collaboratives, des solutions innovantes et de l'échange de connaissances pour lutter contre les émissions de méthane et construire des systèmes agricoles résilients. 

Dans la première partie, l’un des points clés à retenir est la nécessité de réduire l’intensité des émissions et d’augmenter la productivité agricole. Il est également important de comprendre le comportement et la prise de décision des agriculteurs, et d’apprendre de leurs expériences en tant qu’agents essentiels du changement. Il a été noté que les données sur les pays du Sud font défaut et que les CDN révisées et les premiers BTR fourniront un ensemble de données plus solide. On espère que ces derniers contribueront à proposer des politiques et des investissements mieux informés et mieux ciblés. Les actions holistiques peuvent avoir un impact positif sur les émissions, les premières consistant par exemple à soutenir directement les agriculteurs, à se concentrer sur la gestion des aliments pour animaux et à se concentrer sur la santé des sols pour la production d'aliments pour animaux et la gestion des troupeaux et du fumier.  

Dans la deuxième partie, l'un des points clés à retenir était que même si le riz représente 2 % des émissions agricoles dans le monde, il offre également un potentiel d'atténuation élevé (par exemple grâce à un mouillage et un séchage alternés) ; les pratiques agricoles et certaines variétés « intelligentes face au climat » peuvent réduire jusqu’à un tiers des émissions de méthane. Tout au long de la chaîne de valeur, le gaspillage de riz est important et peut atteindre 10 %. La gestion et la réutilisation de la paille de riz, comme alternative au brûlage, sont également une opportunité pour éviter les GES. Les producteurs de riz sont confrontés au stress climatique et à un impact important sur leurs moyens de subsistance – il a été noté qu'une crise du riz compromettrait sérieusement les ODD. La discussion a appelé à une intensification des recherches sur les systèmes rizicoles résilients au climat et au partage mondial de ces recherches. Les solutions doivent avoir des co-bénéfices pour éviter que des charges ne pèsent particulièrement sur les petits agriculteurs (près de 33 % des producteurs au Vietnam). Le Ghana a également suggéré d'investir dans la formation de formateurs dans ce secteur, ainsi que dans l'élaboration de manuels et de publications illustratives. Le Ghana explore les possibilités d’une action renforcée par le biais de l’article 70 et de l’utilisation de crédits carbone. 

Session de refroidissement 

La première partie de la session s'est concentrée sur la sensibilisation des participants à la session sur la gestion du cycle de vie des réfrigérants (LRM) et le dumping environnemental d'appareils de refroidissement inefficaces contenant des produits chimiques obsolètes vers les pays en développement. Selon une étude réalisée en 1 par l'EIA, le NRDC et l'IGSD, les émissions de plus de 2022 milliards de tonnes d'équivalent CO90 de substances appauvrissant la couche d'ozone et de HFC actuellement contenues dans les équipements, ou qui devraient entrer sur le marché d'ici 2, peuvent être évitées grâce à la LRM. 

La première partie de la session a également partagé les résultats d'une étude menée par CLASP en Afrique et en Asie du Sud-Est, montrant que la plupart des appareils de réfrigération et de climatisation (RAC) importés sont inefficaces et contiennent des réfrigérants à PRP élevé, qui seront bientôt interdits en vertu du Protocole de Montréal. . Une étude de cas du Ghana, qui a déjà mis à jour ses MEPS, montre que même avec les politiques en place, les appareils de refroidissement à haut rendement ne sont pas facilement accessibles sur le marché. 

La deuxième partie était axée sur le financement de SLCP et l’atténuation des émissions de GES dans le secteur du refroidissement. Le Fonds multilatéral du Protocole de Montréal est la principale institution de financement qui aide les pays à remplir leurs obligations d'élimination et de réduction progressive des substances contrôlées en vertu du Protocole de Montréal, et les projets et activités éligibles au financement ont été partagés. Des fenêtres de financement pour le LRM, l’efficacité énergétique et le refroidissement durable s’ouvrent également, mais les discussions sont toujours en cours au sein du Comité exécutif.

Parallèlement, d'autres options de financement de projets d'atténuation des HFC ont également été expliquées, notamment le marché volontaire du carbone, l'article 6 de l'Accord de Paris et le mécanisme de crédit conjoint du Japon.  

Séance sur le pôle des combustibles fossiles 

La première partie a abordé les opportunités et les outils permettant de renforcer les capacités dans le secteur des combustibles fossiles, avec des présentations de l'IMEO MARS du PNUE, de Carbon Limits sur son outil MIST et du CATF sur son outil CoMAT, suivies d'une table ronde nationale avec des représentants de l'Irak, du Mexique et du Nigeria. La discussion a mis en évidence quatre facteurs principaux : (1) Nous avons besoin de plus de données ; (1) La transparence est essentielle pour garantir la commercialisation ; (2) Il est important d'intégrer les données satellitaires dans les inventaires nationaux ; (3) Il est nécessaire de garantir un financement suffisant et de réfléchir à la manière dont les données satellitaires peuvent être appliquées à l'agriculture et aux déchets (par exemple, MthaneSAT sera également utilisé pour l'agriculture).  

La deuxième partie a commencé par une vidéo préenregistrée de l'AIE sur leur carte réglementaire et leur boîte à outils, puis l'UE, l'Ouganda et la Colombie ont présenté leur cadre politique et réglementaire. Les questions et réponses qui ont suivi ont souligné que les pays s'efforcent d'impliquer leurs parties prenantes, de garantir que leurs NOC sont commercialement viables et de comprendre comment les différents éléments d'atténuation des émissions de méthane fonctionnent ensemble, depuis les mesures sur site jusqu'à l'amélioration des inventaires, en passant par l'élaboration de politiques et la coopération internationale.  

CCAC Experts nationaux en action 

CCAC des experts nationaux se sont réunis lors de la conférence. CCAC soutient le renforcement des capacités au sein des gouvernements partenaires en recrutant des experts locaux pour soutenir les efforts nationaux de planification et de politique.  

Les experts nationaux sont chargés de favoriser la collaboration interministérielle et d'impliquer les parties prenantes au niveau national pour intégrer efficacement les polluants climatiques à courte durée de vie dans la politique nationale.  

Des experts nationaux siègent au sein du gouvernement, travaillant en étroite collaboration avec le CCAC Secrétariat et nos points focaux gouvernementaux pour faire avancer la mise en œuvre, le financement et le suivi des stratégies d'atténuation des polluants climatiques à court terme.

 



Nous avons collaboré avec des médias plus larges sur les rapports sur le climat et la qualité de l'air
 



Le rapport sur les véhicules lourds d'occasion et l'environnement a été lancé lors d'une conférence de presse, suivie d'une séance de dialogue au cours de laquelle des journalistes et des scientifiques de divers pays ont discuté de la qualité de l'air et de l'atténuation du changement climatique.

Organisé parallèlement à la Conférence sur le climat et l'air pur 2024 à Nairobi, précédant l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement, l'événement a abordé la question urgente de la pollution atmosphérique, soulignant la nécessité d'une couverture médiatique accrue pour sensibiliser à ses impacts sur la santé et l'environnement. Le dialogue visait à favoriser la collaboration entre les communautés scientifiques, politiques et médiatiques afin de mieux communiquer au public les complexités des enjeux liés à la qualité de l’air et au climat. Cet événement a servi de précurseur à un cours complet de certificat sur les reportages sur le climat et l'air pur, conçu pour les journalistes par l'ONU.

 



 



Une planète à bout de souffle, par Bankslave

Nous sommes ravis d'annoncer que Bankslave, connu comme le père fondateur du street art graffiti au Kenya, dessine une fresque murale en direct illustrant la pollution de l'air comme un problème transfrontalier et son lien avec la crise climatique et naturelle.

Bankslave peindra quotidiennement du 21 au 28 février 2024 dans l'enceinte de l'ONU. Cette fresque murale est financée par le Clean Air Fund et coordonnée par WRI et CCAC/PNUE. Venez le constater par vous-même et laissez-vous inspirer pour agir
 


Quand l’art rencontre le plaidoyer, la magie opère. Notre invité spécial, chanteur, producteur de télévision et ancien directeur de la communication du PNUE et de la CCNUCC, Nick Nuttall rencontre Bankslave pour discuter du pouvoir transformateur de l'art dans la conduite des actions en faveur du climat et de l'air pur.


Cliquez ici pour voir les photos du deuxième jour.

Événements connexes