Le Kenya vise à réduire les émissions de méthane du bétail sans sacrifier la productivité

by CCAC secrétariat - 29 décembre 2021
Le Climate and Clean Air Coalition aide le Kenya à accroître ses ambitions d'atténuation du méthane en renforçant ses capacités techniques et en mettant en œuvre des stratégies intelligentes face au climat pour réduire les émissions sans sacrifice économique.

L'agriculture est un élément vital de l'économie kényane et constitue un tiers de son PIB et plus de la moitié de ses emplois, mais elle est également responsable de jusqu'à 40 % des émissions de gaz à effet de serre du pays, dont la majeure partie méthane les émissions du bétail.

Le Climate and Clean Air Coalitionde (CCAC) Évaluation globale du méthane a constaté que le méthane d'origine humaine peut être réduit de 45 % au cours de cette décennie, évitant ainsi près de 0.3 degré de réchauffement d'ici 2045. Parce que le méthane est un puissant forceur climatique et un ingrédient du smog, le réduire autant à l'échelle mondiale permettrait d'éviter 260,000 775,000 décès prématurés, 25 XNUMX visites à l'hôpital liées à l'asthme et XNUMX millions de tonnes de pertes de récoltes par an.

L'agriculture est un secteur difficile à aborder, en partie parce que de nombreux petits exploitants agricoles des pays en développement en dépendent pour leur survie. Le secteur laitier du Kenya représente près de 3.5 % du PIB et près d'un million de ménages sont directement impliqués dans la production, un nombre qui grimpe à 4 millions si l'on considère l'ensemble de la chaîne laitière.

La population du Kenya devrait doubler au cours des 30 prochaines années, passant de 46 millions à 96 millions et la croissance durable du secteur agricole sera essentielle pour soutenir cette population.

Le Kenya est travailler pour réduire les émissions des vaches laitières et augmenter l'efficacité les CCAC, Organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations Unies (FAO), Centre de recherche sur les gaz à effet de serre agricoles de Nouvelle-Zélande (NZAGRC), et le Groupe de recherche sur l'élevage (LRG) de Alliance mondiale de recherche sur les gaz à effet de serre agricoles (GRA).  

Le Kenya intensifie son Contribution déterminée au niveau national (NDC) ambition en s'engageant à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 32 % d'ici 2030 tout en supportant 21 % des coûts, une augmentation par rapport à sa CDN initiale. L'une des façons d'y parvenir est de recourir à des pratiques agricoles intelligentes face au climat qui incluent des systèmes de gestion du bétail améliorés pour réduire les émissions de méthane. 

La CDN mise à jour du Kenya est renforcée par les réalisations précédentes en matière de politique climatique, notamment Plan d'action national sur le changement climatique (NCCAP) du Kenya 2018-2022, qui comprend le travail avec le CCAC les nouveautés Institut de l'environnement de Stockholm (SEI) élaborer un plan d'action pour réduire SLCPs et d'intégrer SLCP mesures d'atténuation dans les processus de planification nationaux pertinents.

[L' CCAC] a vraiment renforcé notre capacité à estimer les émissions, à développer un cadre pour les inventaires annuels et à modéliser les réductions d'émissions qui contribueront à notre NDC.
Bernard Kimoro

Le CCAC a également aidé le Kenya à développer son Systèmes de mesure, notification et vérification (MRV) afin qu'il puisse mesurer en toute confiance les émissions de référence et quantifier si leurs efforts réussissent ou non.

« Le CCAC a joué un rôle très important dans notre travail », a déclaré Bernard Kimoro, spécialiste du changement climatique de l'élevage au Kenya. « Cela nous aide à améliorer l'élaboration de scénarios afin que nous puissions voir comment réduire nos émissions au fil du temps. Cela a vraiment renforcé notre capacité à estimer les émissions, à développer un cadre pour les inventaires annuels et à modéliser les réductions d'émissions qui contribueront à notre CDN.

Avant de travailler avec le CCAC, le Kenya ne pouvait que créer un Inventaire des émissions « Tier 1 », qui est la méthode la plus simple qui utilise les formes de données les plus élémentaires et ne peut pas refléter les circonstances ou les tendances locales au fil du temps.

Le CCAC, le Département d'État pour l'élevage du Kenya et la FAO, organisé un atelier démontrer les avantages des inventaires de niveau supérieur pour le bétail et élaborer un plan d'action pour le Kenya afin d'améliorer son inventaire. En conséquence, le Kenya a maintenant la capacité développer un inventaire de « niveau 2 » pour le bétail, qui nécessite des mesures et des données plus détaillées et est lié à des systèmes MRV améliorés. Il peut également montrer l'évolution des émissions à la suite d'améliorations de la productivité et de l'efficacité, ce qui aidera les décideurs politiques à identifier de meilleurs objectifs d'atténuation. Les méthodes de niveau 2 ont déjà été appliquées dans l'industrie laitière et le Kenya prévoit de les utiliser pour les bovins non laitiers et les petits ruminants. 

« À moins que nous soyons en mesure de fournir des preuves des actions qui peuvent réduire les émissions, les actions ne deviendront pas une politique, et la politique est essentielle pour assurer des réductions d'émissions perpétuelles dans le pays », a déclaré Kimoro. "Sans la capacité de modéliser de manière fiable des scénarios d'émissions, nous serons obligés de faire de petites actions qui ne sont pas étayées par des preuves."

Le CCAC a également aidé le Kenya à étudier potentiel pour un secteur laitier productif mais à faibles émissions qui a identifié des moyens rentables de réduire le méthane tout en contribuant au développement durable et à la résilience climatique.

Kimoro dit que toute cette capacité technique était essentielle pour développer l'analyse économique et les estimations d'atténuation pour son Mesures d'atténuation appropriées au niveau national (NAMA) pour les produits laitiers note conceptuelle, que le Kenya espère soumettre au Fonds vert pour le climat l'année prochaine pour aider à atteindre ses objectifs NDC.

Le NAMA va cibler 267,000 XNUMX foyers, environ 15 pour cent du bétail laitier du Kenya, et a un potentiel d'atténuation estimé à 8.8 millions de tonnes d'équivalent dioxyde de carbone sur 10 ans - une part importante des 143 millions de tonnes d'équivalent dioxyde de carbone actuelles du pays. Tout cela sera réalisé tout en augmentant la production de lait de 6.6 milliards de litres supplémentaires.

L'amélioration de la productivité grâce à des interventions dans l'alimentation, le contrôle des maladies et d'autres pratiques de gestion signifie que nous pourrions produire la même quantité de lait avec moins d'émissions
Bernard Kimoro

La note conceptuelle de la NAMA vise à accroître la productivité du bétail grâce à des stratégies telles que l'amélioration de l'alimentation et le contrôle des maladies, ce qui signifie que moins de vaches peuvent produire plus de lait. Il vise également à accroître l'efficacité de la post-production, notamment en rendant l'équipement utilisé aux points de refroidissement et de transformation des produits laitiers plus économe en énergie grâce à l'énergie solaire. Enfin, la NAMA vise une meilleure gestion du fumier en aidant 80,000 XNUMX ménages à investir dans des systèmes de biogaz pour convertir le méthane en énergie pouvant être utilisée pour la cuisine domestique. Cela contribuera également à réduire la déforestation et du noir de carbone émissions en remplaçant les foyers à bois.

"Actuellement, notre troupeau laitier n'est pas aussi productif que prévu, mais nous pouvons en fait doubler la productivité en utilisant le même bétail", a déclaré Kimoro. "L'amélioration de la productivité grâce à des interventions dans l'alimentation, le contrôle des maladies et d'autres pratiques de gestion signifie que nous pourrions produire la même quantité de lait avec moins d'émissions."

Le CCAC, la FAO et le NZAGRC ont un autre projet au Kenya intitulé "Créer un environnement propice pour une ambition et une action climatiques renforcées grâce au renforcement des capacités institutionnelles". Le projet travaille avec le Département d'État pour l'élevage du Kenya sur un plan d'action visant à augmenter les objectifs d'atténuation du méthane du Kenya en les alignant sur les objectifs de développement durable (ODD) et les stratégies du secteur de l'élevage tout en augmentant la capacité du pays à obtenir des financements climatiques.

Le projet renforcera la collaboration entre le Kenya et d'autres pays d'Afrique de l'Est pour réduire le méthane et développer un plan d'action de mise en œuvre de la NDC. Il organisera également des activités de démonstration au Kenya montrant comment l'amélioration de la capacité à mesurer les émissions peut augmenter les objectifs d'atténuation.

Le projet utilisera l'infrastructure existante du Kenya pour réduire les émissions agricoles tout en maintenant la productivité, y compris La stratégie agricole intelligente face au climat du Kenya (KCSAS), financée par la Banque mondiale. Le projet prévoit de réduire les émissions provenant du fumier et de la fermentation entérique en utilisant des technologies à faibles émissions telles que des aliments améliorés et de meilleures pratiques d'élevage. Ce projet développera des MAAN agricoles et améliorera la capacité de MRV du Kenya, renforçant le travail du Kenya avec le CCAC et d'autres partenaires.

Les co-avantages de ce travail pour le Kenya sont innombrables : amélioration de la santé, augmentation de la production agricole, sources d'énergie alternatives produites par le fumier, amélioration de la biodiversité grâce à une meilleure gestion du fumier, tout en permettant aux agriculteurs d'économiser de l'argent qu'ils peuvent réinvestir dans leur travail et leurs familles.

Tags
Polluants (SLCPs)
Pays