Mettre en mouvement des carburants et des véhicules plus propres en Afrique

par Lia Newman pour le CCAC secrétariat - 8 décembre 2020
Le CCACLa Stratégie mondiale sur le soufre de vise à aider tous les pays à protéger leurs citoyens de la pollution de l'air en adoptant des carburants plus propres et en améliorant les normes des véhicules.

L'urbanisation et la motorisation rapides en Afrique augmentent la pollution atmosphérique due aux émissions des véhicules. L'absence de contrôle des émissions combinée à la mauvaise qualité des carburants ont fait du secteur des transports l'une des principales sources de pollution de l'air dans de nombreuses villes africaines, la population subissant les effets de l'inhalation de fumées toxiques.

À l'échelle mondiale, la pollution de l'air par les véhicules contribue à 3.2 millions de décès prématurés par an, raccourcissant l'espérance de vie et provoquant une foule de maladies respiratoires et cardiovasculaires, se traduisant par des milliards de dollars en coûts de soins de santé chaque année. Entre 1990 et 2017, les décès en Afrique dus à la pollution de l'air extérieur ont augmenté de 57 % et ont continué d'augmenter.

Une stratégie pour lutter contre ce problème est la désulfuration mondiale des carburants routiers qui pourrait éviter 500,000 2050 décès chaque année d'ici 18 et économiser 16 XNUMX milliards de dollars américains en coûts de santé (XNUMX fois plus que le coût de la désulfuration du carburant). Pour ce faire, le Climate and Clean Air Coalition (CCAC) a développé le premier Stratégie mondiale pour introduire des carburants à faible teneur en soufre et des véhicules diesel plus propres qui, s'il est pleinement mis en œuvre, pourrait se rapprocher de l'élimination des carburants à haute teneur en soufre et réduire d'au moins 90 % les émissions de petites particules et le carbone noir des véhicules routiers. Le soutien de la Coalition aux gouvernements de toute l'Afrique a permis à de nombreux pays d'amorcer la transition vers des carburants à faible teneur en soufre et des véhicules plus propres, y compris l'harmonisation des normes en Afrique occidentale, orientale et australe.

Redimensionnement des bus de Nairobi.jpg
Les navetteurs tôt le matin attendent entourés de gaz d'échappement à Nairobi, au Kenya

Pour des carburants et des véhicules plus propres

Les véhicules sont une source majeure de particules fines (PM2.5), le principal contributeur aux maladies liées à la pollution de l'air. La mauvaise qualité du carburant et des véhicules est l'une des principales causes de l'augmentation des niveaux de pollution atmosphérique. La réduction des niveaux de soufre dans le carburant rend les véhicules à essence et diesel existants plus propres et diminue les émissions de nombreux polluants, y compris les PM2.5.

L'introduction de carburants diesel à faible teneur en soufre - des carburants ne contenant pas plus de 50 parties par million (ppm) de soufre, et idéalement à très faible teneur en soufre de 10 ou 15 ppm - réduira considérablement les PM2.5 émissions. Certains pays africains ont actuellement des normes de carburant qui autorisent jusqu'à 10,000 XNUMX ppm de carburant diesel.

L'adoption de carburants à faible teneur en soufre va de pair avec des moteurs plus propres et plus efficaces. Pour réduire davantage les émissions de soufre, les pays africains devraient également adopter des normes d'émissions de véhicules plus propres (Euro IV ou VI) afin de maximiser les avantages pour la santé et l'environnement. Les normes d'émissions des véhicules définissent les limites acceptables pour les émissions de gaz d'échappement des véhicules.

Jalons de la Stratégie mondiale sur le soufre

La Stratégie mondiale a fait d'importants progrès depuis son lancement en CCAC partenaires en 2013. Après deux années d'accompagnement du Communauté de l'Afrique de l'Est efforts de transition vers des carburants à faible teneur en soufre, la première étape importante a eu lieu en 2015. Cinq pays d'Afrique de l'Est (Burundi, Kenya, Rwanda, Tanzanie et Ouganda) adopté conjointement normes nationales harmonisées pour des carburants plus propres (50 ppm). Grâce à l'engagement de ces pays en faveur de l'amélioration de la qualité de l'air, plus de 6.8 millions de citadins d'Afrique de l'Est bénéficient désormais d'un carburant diesel à faible teneur en soufre et des technologies salvatrices de filtre moteur et de catalyseur que permet un carburant plus propre.     

DSC02065.JPG
Le CCAC8e Assemblée de haut niveau, novembre 2016, Marrakech, Maroc.

La prochaine étape a été franchie au CCAC's 8e Assemblée de haut niveau en novembre 2016. Trente-huit pays de la Coalition, reconnaissant les effets délétères de la pollution de l'air sur leurs citoyens, ont signé la Marrakech Communique, qui engage les pays à réduire les émissions de carbone noir grâce à des carburants diesel et des véhicules plus propres. L'action comprend l'élaboration de plans de mise en œuvre nationaux qui définissent les délais pour l'introduction de ces normes à l'échelle nationale, l'élaboration et l'affinement des inventaires et des projections de carbone noir en commençant par le renforcement des capacités et des efforts pour le faire, et le partage d'informations sur les actions d'atténuation du carbone noir existantes ou prévues avec la Coalition. .

Passant à la vitesse supérieure vers l'Afrique australe et occidentale, le CCAC a développé un feuille de route pour l'adoption de normes pour les carburants et les véhicules propres pour les régions en 2017. Les deux régions ayant signé un accord-cadre régional visant à adopter une teneur maximale en soufre de 50 ppm dans le diesel, les travaux visaient à éclairer l'élaboration de feuilles de route régionales et nationales pour l'adoption et la mise en œuvre de normes harmonisées. carburants propres et normes applicables aux véhicules. En 2019, grâce au soutien de la CCAC, 13 pays d'Afrique australe se sont mis d'accord sur une feuille de route pour des carburants plus propres : <50 ppm pour les pays importateurs d'ici fin 2022, <50 ppm pour les pays raffineurs d'ici fin 2025 ; et 10 ppm pour tous les pays d'ici 2030.

La plus récente réalisation du CCACLa stratégie mondiale sur le soufre d' est arrivée en février 2020. Dans une étape majeure pour réduire la pollution atmosphérique et les émissions climatiques dans la région, les ministres de l'environnement et de l'énergie des 15 pays de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) adopté un ensemble complet de réglementations pour l'introduction de carburants et de véhicules plus propres dans la région. Les réglementations spécifiques incluent une norme de soufre de 50 ppm dans l'essence et le diesel pour tous les carburants importés à partir de janvier 2021, le respect obligatoire d'un minimum de normes d'émissions de véhicules EURO IV pour tous les véhicules et un plan d'amélioration de l'efficacité énergétique des véhicules importés.

Obtenir des carburants et des véhicules plus propres à l'échelle mondiale

L'engagement continu et actif avec les partenaires a conduit à de nombreuses réalisations marquantes à travers l'Afrique. À travers CCAC soutien, les gouvernements de tout le continent s'orientent vers des carburants à faible teneur en soufre et des véhicules plus propres, avec des normes harmonisées en Afrique occidentale, orientale et australe. Le but ultime de la CCACLa stratégie mondiale en matière de soufre de est pour tous les pays d'atteindre des carburants à faible teneur en soufre (50 ppm) d'ici 2025 et la plupart des pays d'atteindre des carburants à 10 ppm d'ici 2030. Avec seulement 40 pays avec des normes de diesel à très faible teneur en soufre, les coalitions visent à étendre la mise en œuvre de la Stratégie mondiale dans les pays et les villes du monde entier.