Deux fois plus de pays prennent des engagements internationaux pour lutter contre les polluants climatiques à courte durée de vie

by CCAC secrétariat - 28 février 2023
Cette série de contributions déterminées au niveau national a montré un engagement international croissant à l'action sur SLCPs, un signe que le Climate and Clean Air CoalitionLe plaidoyer de porte ses fruits.

Le nombre de contributions déterminées au niveau national - l'engagement de chaque pays en faveur de l'atténuation du changement climatique - qui mentionnent explicitement les polluants climatiques à courte durée de vie et la pollution de l'air a plus que doublé depuis la dernière série de CDN, selon un article scientifique publié par Climate and Clean Air Coalition (CCAC) scientifiques et partenaires, démontrant une prise de conscience croissante et un engagement à agir sur ces puissants forceurs climatiques.

"Nous avons constaté une amélioration significative de la portée, de la couverture et de la spécificité des actions dans ces NDC, ainsi qu'un accent beaucoup plus important sur les polluants climatiques de courte durée et les liens avec la qualité de l'air et le développement", a déclaré Nathan Borgford-Parnell, coordinateur des affaires scientifiques, Climate and Clean Air Coalition, l'un des auteurs de l'article.

Leurs recherches ont en outre révélé une augmentation significative du pourcentage de pays qui incluaient le méthane et les HFC dans les CDN. Près de 80 % des pays ont inclus le méthane et 30 % ont inclus les HFC dans leurs premières CDN. Ce chiffre est passé à 90 % et 50 % respectivement dans les dernières CDN. 

De plus, la recherche a démontré qu'un pourcentage significativement plus élevé de CCAC pays partenaires concernés SLCPs par rapport aux pays qui ne font pas partie de la Coalition.

« Il y a une grande différence entre CCAC pays partenaires et pays non partenaires. Quatre-vingt-seize pour cent de CCAC partenaires incluent le méthane dans leurs dernières CDN contre 86% des pays non partenaires », a déclaré Borgford Parnell. « La différence est encore plus grande lorsque l'on regarde les HFC : 70 % des CCAC partenaires s'attaquent aux HFC, contre seulement 43 % des pays non partenaires.

Il y a une nette différence entre CCAC pays partenaires et pays non partenaires. Quatre-vingt-seize pour cent de CCAC les partenaires incluent le méthane dans leurs dernières CDN contre 86 % des pays non partenaires... La différence est encore plus grande en ce qui concerne les HFC : 70 % des CCAC partenaires s'attaquent aux HFC, contre seulement 43 % des pays non partenaires.
Nathan Borgford Parnell

Le carbone noir, qui n'est pas un gaz à effet de serre, mais une particule et un polluant atmosphérique puissants qui forcent le climat, n'a été inclus que dans les CDN d'origine de 3 pays. Ce nombre est passé à 14 pays lors de la dernière série de CDN, tous CCAC Partenaires

"Ces résultats montrent l'impact général que le CCAC a sur l'action climatique, à l'intérieur et à l'extérieur de la Coalition », a déclaré Borgford Parnell.

Un autre signe que le CCACLe travail de porte ses fruits, c'est que les pays partenaires quantifient les impacts sur la santé publique et la qualité de l'air de leurs activités climatiques dans leurs CDN, y compris le Ghana et la Côte d'Ivoire.

Cela est probablement dû en partie à la CCACLe travail de planification nationale de , qui donne aux pays membres la possibilité de recevoir un soutien direct pour améliorer leur capacité à intégrer la planification de la qualité de l'air et du climat. Parfois, ce soutien implique une aide à l'élaboration de CDN, et il implique souvent un soutien à l'élaboration d'inventaires de gaz à effet de serre. Cela implique également généralement un soutien à la création de politiques et de stratégies qui alimenteront et aideront les pays à réaliser les ambitions énoncées dans leurs CDN. Le CCAC a également fourni un appui important pour aider les pays rehausser l'ambition de leurs CDN.

Un exemple frappant de ce travail est Côte d'Ivoire, qui a participé à la CCACactivités de planification nationale du depuis son adhésion à la coalition en 2013. En 2020, le pays a participé à la Ensemble d’amélioration de l’action climatique du Partenariat NDC avec le soutien du CCAC qui a conduit à une SLCP et une analyse de l'atténuation des gaz à effet de serre qui a aidé le pays à évaluer le potentiel d'atténuation de diverses politiques et plans, et à déterminer les secteurs sur lesquels se concentrer. Ces travaux ont abouti à une analyse intégrée des émissions de gaz à effet de serre et SLCP évaluation qui a éclairé la CDN révisée de la Côte d'Ivoire. En évaluant 34 mesures d'atténuation dans 12 secteurs prioritaires, ils ont déterminé que le pays pourrait réduire le carbone noir de 57 %, le méthane de 36 % et les hydrofluorocarbures (HFC) de 20 %, le tout d'ici 2030. L'ampleur de ces ambitions potentielles signifiait que la Côte d'Ivoire L'Ivoire pourrait envisager la neutralité carbone en 2030 et 2050.

Un autre exemple est le Mali, qui est un pays membre depuis 2014. Le Mali a reçu des fonds nationaux de planification pour développer un SLCP inventaire des émissions et une évaluation des mesures d'atténuation. En 2019, avec le soutien de la CCAC, le Mali a élaboré son premier inventaire national des émissions de SLCPs. En 2021, le Mali a soumis sa CDN mise à jour qui a accru son ambition d'action et inclus des mesures d'atténuation spécifiques pour le méthane, le carbone noir et les HFC.

Ces succès sont probablement dus en partie à la CCAC's travaille en tant que communicateur et défenseur efficace de l'importance de l'atténuation des polluants climatiques à court terme - aidant à mettre les forceurs climatiques sur la carte, puis à intégrer la valeur de leur atténuation dans les gouvernements nationaux et dans les organisations multilatérales. Ce travail a inclus la distribution d'orientations claires pour l'inclusion de SLCPs dans les CDN, ainsi que l'établissement de liens avec la communauté scientifique au sens large sur l'importance de SLCPs dans la littérature scientifique — y compris le dernier rapport du GIEC qui comprend un chapitre sur les polluants climatiques à courte durée de vie pour la première fois.

Le CCAC continuera d'aider les pays à améliorer leur ambition, mais son attention se tournera de plus en plus vers la mise en œuvre, car le besoin d'action devient de plus en plus urgent. En 2024 est le bilan mondial des CDN, ce qui signifie que l'année prochaine est une période vitale pour que les pays évaluent ce qu'ils ont fait jusqu'à présent et intensifient leurs actions pour respecter leurs engagements.
 

"Les pays ont toujours la possibilité d'étendre leur couverture des polluants, d'augmenter leur ambition d'atténuation, mais l'accent, au moins pour le reste de cette décennie, doit être mis sur la manière de traduire les engagements en mise en œuvre, autant que sur l'amélioration des engagements d'atténuation", a dit Borgford Parnell.

Le CCACLe soutien continu de inclura le soutien aux pays membres pour développer des plans d'action sur le méthane liés à leur engagement NDC. Il inclura également un soutien aux pays pour consolider et améliorer leur suivi, leurs rapports et leur évaluation, afin de s'assurer qu'ils peuvent mesurer avec précision l'impact de leurs actions climatiques pour les années à venir.

« Le CCAC a aidé les pays membres à définir des intentions ambitieuses et entreprenantes pour réduire leurs polluants climatiques à courte durée de vie. Il est maintenant temps de poursuivre ce soutien alors que les pays passent à la mise en œuvre de ces objectifs. Un suivi, des rapports et une évaluation appropriés seront une compétence primordiale que les pays devront perfectionner et mettre en œuvre pour garantir que nos ambitions en matière de climat et d'air pur deviennent réalité », a déclaré Séraphine Haeussling, responsable de programme, CCAC.

Le CCAC a aidé les pays membres à définir des intentions ambitieuses et entreprenantes pour réduire leurs polluants climatiques à courte durée de vie. Il est maintenant temps de poursuivre ce soutien alors que les pays passent à la mise en œuvre de ces objectifs. Un suivi, des rapports et une évaluation appropriés seront une compétence primordiale que les pays devront perfectionner et mettre en œuvre pour garantir que nos ambitions en matière de climat et d'air pur deviennent réalité. »
Séraphine Haeussling