La gestion des déchets offre des avantages sociaux et environnementaux au Costa Rica

by CCAC Secrétariat - 29 août 2023
La gestion des déchets pour réduire les émissions de méthane est une tâche à laquelle tous les secteurs de la société peuvent contribuer.

Apprendre à transformer les déchets en une ressource précieuse est l’un des principaux défis pour révolutionner nos modèles de consommation actuels et parvenir à des réductions significatives des polluants du réchauffement climatique, le méthane et le carbone noir.  
 
Costa Rica – un leader mondial en matière d’initiatives de développement durable et signataire du Global Methane Pledge – est un pays où le CCAC soutient des projets de réduction des émissions de méthane dans le secteur des déchets. Les déchets organiques contribuent à environ 14 % des émissions de méthane du Costa Rica.  

Début 2023, le Costa Rica a achevé un important CCAC-projet soutenu pour évaluer la faisabilité de la commercialisation de la récupération des déchets organiques, à travers à la fois une coopération public-privé et l'identification de mécanismes financiers pour soutenir le tri et le traitement des déchets organiques à plus grande échelle. 

Depuis 2017, la CCAC a aidé le gouvernement du Costa Rica à atteindre ses objectifs de réduction des émissions de méthane dans le cadre du Plan national de décarbonisation du pays, de la NAMA (Action nationale d'atténuation appropriée) 2020 sur les déchets solides et du Plan national de compostage. 

Implementé par CCAC partenaire Cegesti, le projet Accélération des actions pour améliorer la gestion des déchets organiques et réduire le méthane a utilisé trois sites pilotes pour tester la faisabilité de différents modèles de traitement des déchets organiques.  

Les sites pilotes étaient : une usine de compostage exploitée par la Commune de Coto Brus, qui visait à valoriser 100 % des déchets organiques de la commune ; un projet de compostage dans le plus grand centre pénitentiaire du Costa Rica visant à valoriser 51 % des déchets organiques, ainsi qu'à assurer dignité et réinsertion aux détenus ; et un projet de captage du méthane dans une décharge au parc technologique environnemental d'Aczarrí – la plus grande décharge du Costa Rica. Ensemble, les trois projets ont le potentiel d'atténuer les émissions de méthane équivalant à plus de 12 millions de tonnes de dioxyde de carbone sur 20 ans. 

La réduction des émissions de méthane provenant des déchets atténue non seulement le rythme du changement climatique, mais entraîne également des avantages économiques tels que la création d'un compost local de haute qualité et de gaz naturel commercialisable. La réduction du méthane réduit également la production d’ozone troposphérique, un puissant polluant atmosphérique qui nuit à la santé humaine et végétale. 

Le projet avait deux objectifs principaux : accélérer la mise en œuvre de projets d'atténuation du gaz méthane en soutenant des études de faisabilité et l'identification de sources de financement ; et identifier les meilleures voies pour encourager la mise en œuvre continue de projets d’atténuation des émissions de méthane. 

Selon Daira Gómez, directrice exécutive de Cegesti, l'un des principaux défis des projets d'atténuation des déchets de méthane est d'atteindre une échelle suffisamment grande pour réaliser des gains significatifs en matière d'atténuation des méthanes et capturer les ressources qui en résultent à une échelle qui puisse soutenir la durabilité financière du projet.  
 

« Ce projet est d'une grande valeur car il devient un exercice qui contribue à boucler le cercle de la gestion intégrale des déchets, contribuant ainsi à réduire les impacts socio-environnementaux du pays ». 

MSc. Olman Mora, Coordonnateur des projets interinstitutionnels – sectoriels et municipaux, ministère de l'Environnement et de l'Énergie 

Le projet a révélé qu'une étape supplémentaire dans le développement des projets d'atténuation des émissions de méthane au Costa Rica réside dans l'établissement de cadres réglementaires permettant d'inclure des ressources telles que le biogaz et le compost dans les marchés existants. C’est l’une des expériences testées par l’entreprise qui exploite la décharge d’Azcarri – qui produit désormais sa propre électricité à une échelle qui lui permet de la réinjecter dans le réseau et de percevoir des revenus. À pleine capacité, le projet aurait une capacité installée pour générer 2.4 MW. 
 
Pour la commune de Coto Brus, l'éloignement de la capitale et le coût élevé du transport des déchets constituent une incitation supplémentaire à gérer et à valoriser localement les déchets organiques. La municipalité a jusqu'à présent acheté le terrain pour y créer une usine de traitement des déchets organiques et a obtenu les licences environnementales nécessaires. La mise en œuvre complète de l'usine lui permettrait de produire plus de 1900 84 tonnes de compost par an, qui pourraient être vendues au prix le plus bas actuel du marché, soit 140,000 dollars la tonne. Cela permettrait également à la municipalité d'économiser XNUMX XNUMX dollars par an en frais de transport des déchets.  

Sur le site pénitentiaire, les bénéfices climatiques attendus s'élèvent à plus de 700 tonnes de déchets organiques par an, soit l'équivalent de 21,974 2 tonnes de CO20 sur XNUMX ans. Les prisonniers travaillant sur le projet auront également la possibilité de réduire leur peine et d'acquérir des compétences professionnelles.  
 
Les ministères de la Santé et de l'Environnement du Costa Rica ont exprimé leur enthousiasme quant à la poursuite de ces projets, mais des défis subsistent en termes de financement et de capacité. Les résultats des études de faisabilité du projet se sont toutefois révélés prometteurs sur ces fronts. L'Institut d'assistance municipale (IFAM), par exemple, a déjà indiqué sa volonté de financer l'un des projets et continue de rechercher des opportunités pour financer des projets plus prometteurs. 

Tags
Polluants (SLCPs)
Themes
Pays