Côte d'Ivoire

CCAC Partenaire depuis
2013

Depuis 2013, la Côte d'Ivoire travaille avec le Climate and Clean Air Coalition (CCAC) pour réduire les polluants climatiques à courte durée de vie (SLCPs) et la pollution de l'air, améliorant ainsi la sécurité alimentaire, la santé et le développement de leurs citoyens et des populations du monde entier.

"La Côte d'Ivoire n'entend pas être en marge des efforts pour relever les défis du changement climatique et de la pollution de l'air", a déclaré Ministre de l'environnement et du développement durable Joseph Séka Séka. "Le plan d'action national pour réduire SLCPs revêt une importance stratégique pour le développement de la Côte d'Ivoire. C'est pourquoi en tenir compte dans la préparation du prochain Plan National de Développement et dans le renforcement de notre ambition pour les objectifs climatiques mondiaux dans notre CDN est une priorité pour nous.

La pollution de l'air est un grave problème de santé en Côte d'Ivoire, responsable d'environ 34,000 2016 décès prématurés en XNUMX, qui comprenait 8,000 XNUMX décès d'enfants dus à une infection respiratoire. Cette réalité a motivé le pays à rejoindre le CCACl'initiative SNAP de qui a permis d'identifier les domaines d'action prioritaires, notamment le secteur des déchets, les transports, les raffineries, la santé et l'urbanisme.

URL de la vidéo distante

En 2015, la Côte d'Ivoire est devenue l'un des 15 pays à traiter spécifiquement SLCPs, la pollution de l'air et la variété des co-bénéfices que leur atténuation offre dans leur Contribution prévue déterminée au niveau national (INDC) ainsi que de s'engager à élaborer un plan d'action national pour y remédier.

Le pays a continué à aller de l'avant avec cet engagement, travaillant avec le CCAC dans leur Premier rapport biennal de mise à jour en 2018 pour élaborer une stratégie sur SLCP atténuation. Dans le cadre de ce travail, le pays s'est également engagé à développer un inventaire pour le suivi SLCPs dans la capitale d'Abidjan.

Les travaux ont commencé à porter leurs fruits en 2019 lorsque le ministère de l'Environnement et du Développement durable a officiellement adopté le Nationales SLCP Plan d'action. Ce plan décrivait 16 mesures d'atténuation qui, si elles étaient pleinement mises en œuvre, entraîneraient une réduction de 59 % des émissions de carbone noir et une réduction de 34 % des émissions de méthane d'ici 2030. Ces mesures réduiront également d'autres polluants atmosphériques, comme les oxydes d'azote et les particules. , tout en réduisant les émissions de CO2. Par ailleurs, la mise en œuvre sauverait plus de 1,000 XNUMX vies des décès liés à la pollution de l'air. Dans l'ensemble, le plan réduirait les émissions de gaz à effet de serre de 19 % en 2030, ce qui permettrait d'atteindre plus de la moitié de l'engagement du pays en matière d'atténuation du changement climatique.

En 2020, avec le soutien de l'initiative Climate Action Enhancement Package (CAEP) du NDC Partnership et du CCAC, le Gouvernement de Côte d'Ivoire a commencé les travaux d'intégration du SLCP plan d'action national dans le processus actuel de révision de la CDN. Cela fait partie de la phase préparatoire de la mise en œuvre globale du SLCP Plan d'action national.

La ville d'Abidjan travaille également avec le CCAC's Waste Initiative sur un projet renforcer les capacités d'expertise pour réduire le carbone noir et le méthane des déchets municipaux. Ces travaux ont permis la fermeture de la décharge d'Akouedo, une décharge saturée et dangereuse de la capitale. 

CCAC projets

En dehors du terrain

Pétrole et gaz

  • En 2019, la Côte d'Ivoire a officiellement annoncé son adhésion à la Alliance mondiale du méthane. Le ministère de l'Environnement de Côte d'Ivoire a accueilli la réunion régionale de haut niveau de l'alliance à Abidjan, qui a réuni des dirigeants nationaux clés des gouvernements régionaux, des représentants de compagnies pétrolières nationales et internationales et des experts locaux et internationaux pour discuter des objectifs de réduction du méthane en le secteur pétrolier et gazier.

La pollution de l'air

  • En 2018, en collaboration avec le Centre et réseau des technologies climatiques (CTCN), la Côte d'Ivoire a publié un Stratégie de Réduction de la Pollution de l'Air à Abidjan. Cela impliquait l'élaboration de cartes pour les équipements de surveillance de la qualité de l'air dans les zones à haut risque, la rédaction de cadres pour la réglementation de la qualité de l'air, une stratégie de surveillance de la qualité de l'air et un plan de gestion de la qualité de l'air comprenant des recommandations.

Véhicules lourds

  • En 2020, la Côte d'Ivoire a adopté une nouvelle réglementation par l'intermédiaire du ministère de l'Énergie pour mobiliser des ressources afin d'améliorer la qualité des carburants en Côte d'Ivoire, en particulier en réduisant la teneur en soufre du diesel conformément à l'accord régional conclu la même année lorsque les ministres de l'environnement et de l'énergie des 15 pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), se sont réunis à Ouagadougou, Burkina Faso et ont adopté un ensemble complet de règlements pour l'introduction de carburants plus propres et véhicules de la région.
  • En 2017, la Côte d'Ivoire a adopté un décret limiter l'âge des véhicules d'occasion pour l'importation ou l'utilisation générale. La mesure est devenue pleinement efficace dès 2018.
  • En 2017, Abidjan rejoint 20 autres villes dans un programme par lequel quatre des plus grands fabricants de bus et de moteurs au monde se sont engagés à faciliter l'achat de bus équipés de technologies à faibles émissions pour les grandes villes, afin de lutter contre le changement climatique et la pollution atmosphérique toxique.
  • En 2016, la Côte d'Ivoire a été l'un des 36 pays à reconnaître et à pleinement endosser la Stratégie mondiale sur le soufrel'approche et les objectifs de , s'engageant à réduire les émissions de carbone noir avec des carburants diesel et des véhicules plus propres.
  • En 2016, la Côte d'Ivoire, ainsi que quatre autres pays d'Afrique de l'Ouest, ont convenu de interdire l'importation de carburants sales d'Europe. Des normes strictes ont été introduites pour garantir des carburants diesel plus propres et à faible teneur en soufre et des normes d'émissions pour les véhicules. Ces actions réduiront considérablement les émissions des véhicules et aideront plus de 250 millions de personnes à respirer un air plus sain et plus propre.

Énergie

  • En 2018, le gouvernement a signé un accord pour construire une centrale de 25 MW centrale solaire près de la ville de Korhogo pour répondre à la demande croissante d'électricité sans augmenter les émissions.

L’agriculture

La finance climatique

  • En 2020, un atelier de travail organisé à Jacqueville a permis de former et de mettre en place un pool d'experts nationaux pour développer des projets réussis pour les fonds climatiques tels que le Fonds vert pour le climat. La rencontre a été organisée par le Ministère de l'Environnement et du Développement Durable avec l'appui technique de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest et a réuni plus d'une trentaine de participants de diverses organisations.
  • En 2016, la Côte d'Ivoire Stratégie REDD+ de 2016 comprenait 24 millions de dollars de subventions et de financements concessionnels axés sur la lutte contre les activités destructrices telles que l'exploitation forestière illégale dans les forêts naturelles, la réduction de la quantité de bois à usage domestique, la promotion des activités de restauration et de conservation du couvert forestier par l'agroforesterie, l'amélioration de la gestion des forêts et des sources alternatives de revenus pour les collectivités rurales. 

Contacts

Ministère de l'environnement et du développement durable
Abidjan, Côte d'Ivoire
Site Web

Ressources associées

Nouvelles de la Côte d'Ivoire