Ghana

CCAC Partenaire depuis
2012

Le Ghana est un partenaire fondateur du Climate and Clean Air Coalition (CCAC) et le premier pays au monde à inclure les polluants climatiques à courte durée de vie (SLCPs) et d'autres polluants atmosphériques dans leur quatrième Inventaire national des gaz à effet de serre soumis à la CCNUCC.  

Depuis son adhésion en 2012, le pays s'est engagé dans une action agressive contre SLCPs, notamment à travers une série de plans d'action nationaux ambitieux. Le Ghana s'est engagé à réduire sans condition ses émissions de gaz à effet de serre en 15 percent par 2030 et s'est engagé volontairement à une réduction supplémentaire de 30 % si le pays reçoit un financement externe pour couvrir le coût total de la mise en œuvre des mesures d'atténuation. 

Les plans nationaux du Ghana montrent qu'ils reconnaissent le pouvoir stratégique d'agir ensemble sur la pollution et le climat en se concentrant non seulement sur les réductions de carbone, mais aussi sur SLCPs. En 2018, le Ghana a lancé son Plan d'action national pour atténuer SLCPs qui identifie 16 mesures d'atténuation dans sept secteurs. En 2013, le Ghana a lancé le «Programme de rapport ambitieux sur le climat» pour surveiller et rendre compte des gaz à effet de serre. Ce programme a permis au ministère des Finances de commencer à suivre le soutien climatique, à élaborer un outil de suivi du financement climatique, et mettre en place un centre de données climatiques en ligne pour les rapports. Le 2013 Politique nationale sur le changement climatique inclus des stratégies de réduction du méthane, y compris le détournement des décharges et le recyclage afin de réduire la quantité de déchets solides et liquides dans les zones urbaines et de générer de l'énergie. En 2016, le pays a également annoncé sa stratégie de développement à faible émission de carbone afin de générer des investissements pour les opportunités d'atténuation.  

Le Ghana est un leader enthousiaste à travers une variété d'initiatives de la Coalition, y compris le Initiative mondiale sur le méthane (GMI) dont le Ghana est membre du comité de pilotage. Le pays a des représentants dans les groupes techniques du biogaz, de l'agriculture et des déchets dans le secteur du biogaz ainsi qu'au sein du comité des systèmes pétroliers et gaziers.  

En 2018, la capitale du Ghana, Accra devient la première ville africaine à rejoindre CCACde la campagne Breathelife. "Les villes deviennent de plus en plus importantes dans l'espace géopolitique. Quelqu'un doit assurer le leadership. Je suis prêt à le faire", a déclaré le maire Mohammed Adjei Sowah à propos de la décision. "Dans notre partie du monde, la pollution de l'air n'est pas considérée comme un problème de santé prioritaire. , jusque dans notre façon de cuisiner. Mais les statistiques sont tellement ahurissantes qu'il faut réveiller les gens pour passer à l'action. Il faut en parler fort pour que cela fasse partie de notre discours dans l'espace politique urbain.  

Lisez ci-dessous pour plus de points saillants du travail du Ghana. 

CCAC projets

En dehors du terrain

Activité internationale 

  • Le Ghana est membre de la Initiative mondiale sur le méthane (GMI) comité de pilotage et dispose de représentants dans les groupes techniques biogaz, agriculture et déchets de la filière biogaz ainsi que dans le comité des systèmes pétroliers et gaziers.
  • En vertu des Normes sur l’information et les communications, les organismes doivent rendre leurs sites et applications Web accessibles. Ils y parviennent en conformant leurs sites Web au niveau AA des Web Content Accessibility Guidelines (WCAG). G-20 compact avec l'Afrique pour le développement économique durable, le gouvernement allemand a accepté de promouvoir les investissements privés dans les énergies renouvelables et la formation professionnelle au Ghana.  
  • Le Ghana a été le premier pays en développement à s'engager avec Énergie durable pour tous, à travers lequel il s'efforce de fournir un accès universel à l'électricité pour ses communautés insulaires et riveraines, d'augmenter l'utilisation de l'électricité dans les communautés électrifiées sur et hors réseau grâce à des interventions ciblées et de fournir un accès universel à des solutions de cuisson propres. 
  • Le Ghana mobilise des fonds auprès du Fonds vert pour le climat pour soutenir la mise en œuvre de deux projets d'atténuation dans les énergies renouvelables et la foresterie.

Plans climat nationaux 

  • En 2013, le Ghana a lancé le «Programme de rapport ambitieux sur le climat (GCARP)", un système intégré pour la génération continue de données sur les inventaires de gaz à effet de serre, les mesures d'atténuation et le soutien, en tant que système national de surveillance, de notification et de vérification (MRV). Cela a conduit le ministère des Finances à prendre la responsabilité de suivre le soutien climatique et de développer un outil de suivi du financement climatique et l'Environmental Protection Agency établissant un centre de données climatiques en ligne pour les rapports sur le climat.
  • En 2015, le Ghana engagé à réduire sans condition les émissions de gaz à effet de serre de 15 % par rapport aux émissions du scénario de maintien du statu quo de 73.95 MtCO2e d'ici 2030 et s'est engagé volontairement à une réduction supplémentaire de 30 % des émissions à condition qu'un soutien externe soit mis à disposition pour couvrir l'intégralité du coût de la mise en œuvre des mesures d'atténuation.
  • En 2016, le Ghana a adopté la Stratégie REDD+ et la stratégie de plantation forestière du Ghana pour s'attaquer aux moteurs de la déforestation et de la restauration des terres dégradées. En 2016, 192,253.19 XNUMX ha de plantations d'arbres avaient été établis. 
  • La Politique nationale sur le changement climatique de 2013 cherche à réduire le méthane des décharges grâce à la réduction et au recyclage des déchets, et à mettre en place des technologies durables de recyclage et de gestion des déchets qui génèrent de l'énergie, réduisent les émissions de déchets solides et liquides, en particulier dans les zones urbaines.
  • La solution 2016 Stratégie de développement bas carbone décrit les moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en favorisant les avantages du développement durable.

Transport 

  • En 2020, les ministres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) adopté une norme régionale sur l'essence et les carburants diesel importés (50 ppm). À partir de 2025, la norme stipule que les carburants produits dans le pays doivent avoir une norme d'émission Euro 4/IV, une limite d'âge de 5 à 10 ans et que les pays doivent passer à l'alignement sur les limites d'âge spécifiées pour les véhicules importés sur une période de 10 ans. période. 
  • En 2019, le Ghana a publié les normes d'émissions des véhicules à moteur (MVES) et les réglementations qui les accompagnent sont en cours d'élaboration. 
  • En 2020, le restrictions sur l'importation de voitures d'occasion ont été mises en place, prévoyant que même si les voitures de plus de 10 ans peuvent toujours être importées, elles entraîneront des frais supplémentaires.   
  • En 2019, la division de  Spécification obligatoire pour les véhicules à moteur de la catégorie m2 doivent se conformer aux exigences en matière d'émissions de gaz et de particules d'ici 2020, avec des exigences minimales en matière d'émissions des véhicules au niveau Euro I.  
  • En 2015, Impact Global Emissions Solutions (IGES) Programme d'éco-transport du Ghana a réalisé le premier projet de surveillance des émissions des véhicules en Afrique en enregistrant les émissions des véhicules individuels, en suivant la répartition de ces émissions à Accra et en comparant ces mesures aux villes européennes.  
  • En 2017, le gouvernement a signé un accord avec le Secrétariat d'État suisse à l'économie pour lancer un projet de mobilité urbaine et d'accessibilité dans le cadre des travaux en cours visant à réduire les embouteillages et à réduire le temps de trajet à Accra. 
  • En 2016, ONU Environnement a signé un accord avec l'Organisation du corridor Abidjan-Lagos pour quantifier les niveaux d'émissions du port de Tema afin d'éclairer les stratégies de réduction des émissions de particules et de carbone noir provenant des opérations portuaires. 
  • En 2013, le Ghana a adopté la Plan directeur ferroviaire national dans le but de moderniser le réseau ferroviaire du pays en injectant 7.8 milliards de dollars d'investissements dans 1,394 XNUMX kilomètres de voies. 
  • En 2019, une étude a été menée sur les besoins en infrastructure et la perception du marché des consommateurs vis-à-vis de la mise en œuvre de la mobilité électrique au Ghana. 

  • En 2020, le ministère des Transports développe le projet de bus électrique de la ville d'Accra, qui recherche un financement auprès du Fonds vert pour le climat.  

Qualité de l'air 

  • La solution 2019 Plan d'action santé et pollution décrit les impacts sur la santé de cinq classes de pollution, puis les classe par ordre de priorité en fonction de la gravité de ces impacts. Le plan identifie et met également en œuvre des interventions concrètes pour réduire l'exposition à ces sources de pollution. 
  • La solution 2018 Plan de gestion de la qualité de l'air pour le grand Accra mesure la qualité de l'air actuelle et les tendances projetées des émissions de pollution de l'air intérieur et extérieur et estime le fardeau pour la santé qui en résulte. Il estime également le fardeau de ces tendances pour la santé, établit des normes de qualité de l'air et établit un cadre pour surveiller la qualité de l'air. L'objectif du plan est de se conformer pleinement aux normes nationales de qualité de l'air ambiant d'ici 2022. 
  • En 2016, l'Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis a choisi Accra pour accueillir le tout premier Partenariat mégapole. Grâce à cela, le personnel de l'EPA du Ghana a été formé sur des choses comme l'analyse des avantages du contrôle de la pollution de l'air en plus de recevoir le soutien de l'EPA sur l'amélioration de la gestion des données de surveillance de la qualité de l'air. 
  • L'ambassade des États-Unis à Accra installé un moniteur de qualité de l'air sur le terrain de l'ambassade. Le moniteur mesure les particules (PM) 2.5 particules dans l'air sur et à proximité de l'enceinte de l'ambassade.
  • Le programme de gestion de la pollution et de santé environnementale de la Banque mondiale sélectionné Accra comme l'une des sept villes pour diriger le développement technique et de programme autour de la gestion de la qualité de l'air. 
  • Lors de la Semaine Africaine du Climat 2019, Le Ghana a dirigé la table ronde de haut niveau sur les actions en faveur du climat et de la qualité de l'air.
  • En 2019, l'Agence ghanéenne de protection de l'environnement a collaboré avec Environment 360 pour mettre en œuvre un programme de brûlage à ciel ouvert dans la zone de captage de James Town à l'aide de capteurs à faible coût.   

Énergie domestique 

  • En 2013, le Ghana a lancé ses travaux promouvoir des solutions de cuisson propres en améliorant l'accès à des foyers améliorés et économes en énergie ainsi qu'au gaz de pétrole liquéfié.  
  • Entre 2015 et 2018, le Ghana s'est engagé à mettre 1,000 2 fourneaux institutionnels (modèles plus grands pouvant être utilisés pour les écoles ou les bureaux) et XNUMX millions de foyers améliorés entre les mains des personnes qui en ont besoin. 
  • Entre 2015 et 2018, certains 1,000 XNUMX foyers améliorés ont été distribués dans plus de 100 communautés qui ont touché plus de 100,000 XNUMX personnes. 
  • Entre 2015 et 2018, le Ghana a publié normes nationales pour les foyers à biomasse  
  • Entre 2015 et 2018, le programme de développement énergétique a utilisé un programme de subventions de 40 % pour obtenir 155 foyers à biomasse institutionnels améliorés aux femmes travaillant dans les activités agro-industrielles. 
  • Ces dernières années, Alliance mondiale pour des cuisinières propres partenariat avec Ghana Alliance for Clean Cookstoves pour améliorer les foyers produits localement 
  • En 2013, le Programme GPL rural a été lancé et s'emploie à distribuer gratuitement 50,000 XNUMX cylindres, cuisinières et accessoires connexes dans les zones reculées et pauvres. Un protocole d'accord avec Indian Oil Corp a été signé pour mener à bien le projet.  

Refroidissement

  • En 2016, le Ghana a lancé des efforts nationaux pour améliorer l'efficacité énergétique dans les ménages, les services et l'industrie. Ce travail a depuis abouti à une base de données écoénergétique pour les réfrigérateurs, les climatiseurs et les ampoules et à une application qui aide les consommateurs à localiser et à identifier les appareils écoénergétiques qui ont été téléchargés plus de 4,000 XNUMX fois. 
  • Entre 2016 et 2018, ces efforts d'efficacité énergétique à l'échelle nationale ont également distribué 32,893 30 minuteries automatiques aux consommateurs, ce qui peut permettre aux ménages d'économiser 120,000 % sur leurs dépenses énergétiques. De plus, plus de XNUMX XNUMX dépliants, dépliants et brochures sur l'efficacité énergétique ont été distribués dans tout le pays. 
  • En 2018, deux discussions télévisées et plus de 12 discussions radiophoniques ont eu lieu sur l'efficacité énergétique à l'échelle nationale. 
  • En 2017, le gouvernement a formé 60 conseillers en efficacité énergétique qui se sont ensuite rendus dans les communautés pour sensibiliser 2,880 XNUMX personnes à l'efficacité énergétique.  
  • En 2015, le Ghana a publié son Plan d'action national pour l'efficacité énergétique (PNAE) qui décrit les objectifs, les normes et les incitations à l'efficacité énergétique à mettre en œuvre d'ici 2020.  
  • En 2017, le «Projet d'efficacité énergétique dans les bâtiments publics» moderniser les bâtiments avec des équipements et des appareils électriques économes en énergie, y compris les ministères et les universités.
  • En 2019, le Ghana est devenu le 79e pays à ratifier l'amendement de Kigali pour ouvrir la voie à la mise en œuvre d'un programme national d'élimination progressive des HFC en introduisant une technologie alternative aux HFC avec le soutien du secteur privé.  

LIVRAISON 

  • En 2014, la Ghana National Gas Company a commencé à travailler pour mieux récupérer et utiliser le gaz en élargissant le marché intérieur du gaz grâce à des investissements dans les infrastructures gazières nationales et en arrêtant le torchage du gaz. Cela s'est traduit par un investissement de 1 milliard de dollars dans une usine de traitement du gaz gérée par la National Gas Company et une production totale de 170,030 XNUMX Mt de gaz de pétrole liquéfié pour la cuisine domestique. 
  • Depuis 2014, la société nationale a traité et fourni en moyenne 477,416.71 XNUMX mètres cubes de gaz pauvre pour l'électricité aux centrales électriques de la Volta River Authority et à d'autres clients chaque année. 
  • En 2012, le Ghana a intensifié son travail passage du fioul lourd au gaz naturel dans les centrales électriques existantes pour réduire à la fois le coût de la production d'électricité et les émissions qu'elle engendre en mettant en service une installation de traitement du gaz naturel. Dans le cadre des contributions déterminées au niveau national du Ghana, le pays développe une infrastructure de gaz naturel pour faciliter la production, le transport et le traitement.  
  • En 2016, le pays a adopté la Schéma directeur national du gaz qui a aidé à mobiliser 13.2 milliards de dollars d'investissements dans le développement de l'infrastructure nationale pour contribuer aux ressources en gaz naturel et à la sécurité énergétique. 
  • Entre 2015 et 2018, le Ghana a multiplié par neuf la capacité solaire installée à grande échelle, de 2.5 MW à 22.5 MW. Le pays prévoit également 72 MW supplémentaires d'énergie solaire et 150 MW d'énergie éolienne. 
  • En 2012, la politique de tarification du gaz naturel a découragé le torchage pour des raisons environnementales, en s'appuyant sur la stratégie et le plan de développement du secteur de l'énergie de 2010 pour interdire le torchage ou l'évacuation du gaz naturel au Ghana. 
  • En 2015, le gouvernement a adopté la Programme d'intensification de la pénétration des énergies renouvelables (SREP-P) pour augmenter les énergies renouvelables. Le programme a déjà déployé un système de comptage, mis en œuvre un cadre d'octroi de licences d'énergie renouvelable, réalisé une cartographie des ressources d'énergie renouvelable et installé des systèmes d'énergie solaire dans tout le pays. 

Déchets 

  • En 2013, le solide programme déchets à composter a commencé comme un effort conjoint entre le gouvernement local et deux entreprises privées. Les entreprises ont établi des installations de compostage qui reçoivent les déchets solides municipaux et le compost produit est vendu comme engrais dans l'entreprise agricole. Depuis 2013, le programme a produit en moyenne plus de 8,545 2,000 tonnes de compost par an et créé plus de XNUMX XNUMX emplois directs et indirects. 
  • En 2016, la loi sur le contrôle et la gestion des déchets dangereux et électroniques obligeait toute personne gérant des déchets à prendre des mesures de prévention de la pollution, notamment en interdisant la combustion des déchets électroniques. 
  • En 2016, le Loi sur la gouvernance locale a été adopté pour renforcer la capacité du gouvernement local à mettre fin à des pratiques telles que le brûlage à l'air libre 
  • En 2017, le gouvernement a créé le Ministère de l'Assainissement mieux soutenir les secteurs de l'assainissement et de l'eau. 
  • En 2016, l'Allemagne a commandé le Élimination et recyclage écologiquement rationnels des déchets électroniques au Ghana pour réduire la pollution et les gaz toxiques dangereux causant des problèmes de santé 
  • En 2017, la division de  Usine de compost JVL Fortifer a été créé pour améliorer l'assainissement urbain et accroître la productivité agricole. 
  • En 2019, la division de  Usine de compostage et de recyclage d'Accra a été créé pour recycler les déchets solides et liquides afin de produire du compost organique.   

Contacts

Ministre de l'environnement, de la science et de la technologie
Accra, Ghana
Site Web

Ressources associées

Nouvelles du Ghana