Drapeau Kazakhstan CCAC

Kazakhstan

CCAC Partenaire depuis
2023

Le Kazakhstan a rejoint le CCAC dès 2023.

L'économie du Kazakhstan dépend fortement des combustibles fossiles pour l'énergie, l'industrie, les exportations et les revenus. En 2015, son secteur énergétique représentait 82 % des émissions de gaz à effet de serre. Plus de 80 % de l’électricité provient de centrales au charbon, produisant d’importantes quantités de carbone noir. Cependant, les vastes ressources renouvelables du Kazakhstan restent en grande partie inexploitées et recèlent un important potentiel dont pourrait bénéficier la population nationale.

Des politiques telles que le système d'échange de quotas d'émission (ETS) et les enchères d'énergies renouvelables ont contribué à une transition vers les énergies renouvelables et le gouvernement a fixé un objectif d'énergies renouvelables selon lequel au moins 15 % de toute l'électricité produite doit être fournie par des sources d'énergie renouvelables d'ici 2030. et au moins 50 % d’ici 2050.

Le Kazakhstan a ratifié l’Accord de Paris en novembre 2016 et s’est engagé à atteindre un objectif de réduction des émissions de GES à l’échelle de l’économie de 15 % par rapport aux niveaux d’émissions de 1990 d’ici 2030 dans sa contribution déterminée au niveau national (NDC). Le Kazakhstan s’est également fixé un objectif d’atténuation climatique de zéro net en adoptant la stratégie pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

Le gouvernement du Kazakhstan s'est fixé pour objectif d'atteindre ces objectifs ambitieux en organisant les premières enchères compétitives jamais organisées en Asie centrale pour des projets d'énergie renouvelable, au cours desquelles des entreprises privées proposent de construire et d'exploiter des centrales et de vendre l'électricité à faible coût. La tenue de ces enchères s’est avérée essentielle pour accroître l’utilisation des énergies renouvelables.

Le ministère de l'Écologie et des Ressources naturelles de la République du Kazakhstan a exprimé son intérêt pour une série d'activités de coopération, notamment :
•⁠ ⁠Améliorer la qualité et la couverture des données sur SLCPs et comprendre l’impact sur la santé dû à SLCPs;
•⁠ ⁠Comprendre les aspects technologiques, économiques et sociétaux de la réduction SLCPs et synergies avec la mise en œuvre des CDN ;
•⁠ ⁠Rationalisation réduction SLCPs dans la prochaine deuxième NDC ;
•⁠ ⁠Comprendre les options de tarification du carbone pour SLCPs;
•⁠ ⁠Développer les capacités et les systèmes nationaux de mesure SLCPs avec les systèmes d'observation de la Terre.