New Zealand

CCAC Partenaire depuis
2013

À propos

La Nouvelle-Zélande a rejoint la Climate & Clean Air Coalition (CCAC) en 2013 et est actuellement l'un des principaux partenaires de notre initiative Agriculture. Non seulement la Nouvelle-Zélande s'est engagée à réduire les émissions de polluants climatiques de courte durée au niveau national, mais elle utilise également son expertise agricole pour aider à réduire les émissions du secteur à l'échelle mondiale.

S'exprimant lors de la 11e Assemblée de haut niveau de la CCAC en 2019, l'honorable Aupito William Sio, ministre des peuples du Pacifique, a décrit le CCAC comme «bien placé pour travailler avec des partenaires tels que l'Alliance mondiale de recherche sur les gaz à effet de serre agricoles, où la Nouvelle-Zélande dirige le groupe de recherche sur l'élevage, pour coordonner et promouvoir une action mondiale plus importante pour réduire les émissions de méthane. Et le CCACL'Initiative pour l'agriculture de peut aider ses partenaires à fixer des objectifs ambitieux mais réalistes pour leurs émissions agricoles.

En 2019, la Nouvelle-Zélande a adopté la Loi modifiant la loi sur la réponse au changement climatique (zéro carbone), fixant les objectifs de réduction à zéro des émissions nettes de gaz à effet de serre (autres que le méthane biogénique) d'ici 2050, ainsi que de réduction des émissions biogéniques à 10 % en dessous des niveaux de 2017 d'ici 2030, et à 24-27 % d'ici 2050. Lutter contre les émissions agricoles est essentiel pour que la Nouvelle-Zélande atteigne ses objectifs spécifiques en matière de méthane.

Un partenariat d'action primaire de l'industrie, Il Waka Eke Noa, a été créé en 2019 dans le but de proposer au secteur agricole un premier programme mondial pour mesurer, gérer et tarifer les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025. Le plan d'action quinquennal rassemble des partenaires industriels, maoris et gouvernementaux pour co-développer connaissances, outils et soutien en matière de changement climatique pour les agriculteurs et les producteurs néo-zélandais, notamment : des outils améliorés pour estimer et comparer les émissions agricoles ; augmentation de la capacité et de la capacité de conseil agricole; et des incitations pour les premiers utilisateurs. Le partenariat s'efforce de respecter l'engagement du gouvernement de tarifer obligatoirement les émissions de l'agriculture d'ici 2025. La Nouvelle-Zélande est actuellement le seul pays à élaborer une politique qui imposera une incitation tarifaire obligatoire pour réduire les émissions dans son secteur de l'élevage.

Le gouvernement néo-zélandais continue d'investir dans la recherche et le développement de technologies d'atténuation pour réduire les émissions de méthane agricole et s'est engagé durablement à partager ces connaissances à l'échelle internationale. Cela passe par un certain nombre d'alliances et de partenariats de recherche, y compris le Centre de recherche sur les gaz à effet de serre agricoles de Nouvelle-Zélande (NZAGRC), qui a été un CCAC acteur depuis 2013. En collaboration avec le Consortium de recherche sur les gaz à effet de serre pastoraux (PGgRc), le programme d'atténuation du méthane du NZAGRC vise à réduire les émissions grâce à des programmes de sélection et en ciblant les bactéries productrices de méthane grâce au développement d'inhibiteurs et de vaccins.

La Nouvelle-Zélande est impliquée dans un certain nombre de projets qui visent à aider les pays en développement à renforcer leur capacité à atténuer les émissions de gaz à effet de serre provenant de l'élevage pastoral. En 2017/18, le programme d'aide néo-zélandais (NZAID) a investi 25.06 millions de dollars néo-zélandais dans des initiatives agricoles liées au climat. La Nouvelle-Zélande accueille également le Secrétariat et le Représentant spécial du Alliance mondiale de recherche sur les gaz à effet de serre agricoles (GRA) et co-préside le Livestock Research Group avec l'Irlande et le Royaume-Uni. Depuis sa création en 2009, la Nouvelle-Zélande a engagé 122.5.5 millions de dollars néo-zélandais pour soutenir la GRA. Par le biais de la GRA, la Nouvelle-Zélande participe à des projets de recherche sur l'atténuation et de transfert de technologie en Amérique latine, en Asie du Sud-Est et en Afrique australe et orientale.

Après avoir ratifié l'Amendement de Kigali du Protocole de Montréal en 2019, la Nouvelle-Zélande a pris action contre les HFC. Les mesures visant à accélérer la réduction progressive des HFC comprennent l'introduction d'un système de permis pour l'importation et l'exportation de HFC en vrac, ainsi qu'un amendement au système d'échange de quotas d'émission (NZ ETS). On s'attend à ce que d'ici 2036, la consommation de HFC soit inférieure de 85 % à celle de 2020.

Lisez ci-dessous pour plus de points saillants du travail agricole de la Nouvelle-Zélande. 

En dehors du terrain

L’agriculture
 

  • D'autres groupes de recherche travaillant sur les émissions agricoles comprennent Le Groupe de référence des émissions biologiques (BERGE). Le BERG a été créé en 2016 pour constituer un portefeuille de preuves couvrant les opportunités de réduction des émissions de gaz à effet de serre biologiques de l'agriculture néo-zélandaise, les coûts et les avantages de ces opportunités et les obstacles à leur utilisation. UN rapport a été publié en 2018 résumant les conclusions du groupe.
  • Le Programme de recherche sur l'inventaire des GES estime officiellement toutes les absorptions et émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine en Nouvelle-Zélande chaque année. La recherche comprend la modélisation des émissions du bétail et l'impact de la technologie d'atténuation. Le Fonds de recherche sur l'inventaire des GES soutient l'inventaire des gaz à effet de serre agricoles et vise à améliorer la déclaration des émissions de gaz à effet de serre provenant de l'agriculture, de la foresterie et d'autres utilisations des terres. La recherche comprend des travaux d'examen et de mise à jour des facteurs d'émissions et tient compte de nouvelles formes d'atténuation.
  • Entre 2011 et 2020, un fonds de recherche international, le Fonds néo-zélandais pour les partenariats mondiaux dans la recherche sur les émissions du bétail, financé par la Nouvelle-Zélande pour soutenir le GRA, a financé la recherche internationale sur l'atténuation des gaz à effet de serre de l'élevage pastoral. Des fonds, d'un montant total de 19.79 millions de dollars néo-zélandais, ont été accordés à 18 projets, impliquant la Nouvelle-Zélande et des partenaires internationaux. 

Adresse

Ministère des questions de changement climatique, Private Bag 18041, Parlement
Wellington 6160,Nouvelle-Zélande