SLCP plan d'action

Atteindre simultanément les objectifs en matière de changement climatique et de qualité de l'air en Thaïlande

Canton
Thaïlande
Année
2023

Organisation responsable
Institut de l'environnement de Stockholm, Institut d'études environnementales mondiales, CCAC, Département de contrôle de la pollution du gouvernement thaïlandais
Télécharger

La Thaïlande a introduit un large éventail de politiques visant à réduire les effets néfastes de la pollution atmosphérique sur la santé humaine, les rendements agricoles et d'autres priorités de développement. La Thaïlande a également adopté des politiques climatiques de plus en plus ambitieuses dans le cadre des efforts mondiaux visant à maintenir le réchauffement à des niveaux sûrs. Étant donné que les émissions contribuant à la pollution atmosphérique et au changement climatique partagent souvent des sources, la Thaïlande pourrait économiser des vies, de l'argent et du temps grâce à des réponses intégrées à ces deux préoccupations interdépendantes. En bref, la Thaïlande dispose d’une opportunité importante, mais souvent inexploitée, en matière de politiques intégrées en matière de pollution atmosphérique et de changement climatique.

Après avoir rejoint le Climate and Clean Air Coalition (CCAC) en 2019, la Thaïlande a lancé un CCAC Soutenir le projet de l’Initiative nationale d’action et de planification (SNAP) en 2021 pour profiter de cette opportunité. Ce rapport d’évaluation est le premier résultat principal de cet engagement. Le rapport poursuit plusieurs objectifs destinés à soutenir la conception et la mise en œuvre de politiques intégrées en matière de pollution atmosphérique et climatique en Thaïlande :

1. Identifier les politiques et mesures susceptibles de générer des bénéfices à la fois en matière de pollution atmosphérique et de changement climatique ;

2. Quantifier le polluant atmosphérique, polluant climatique à courte durée de vie (SLCP) et le potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de ces politiques et mesures ;

3. Évaluer les bénéfices pour la santé publique (décès prématurés évités) de la mise en œuvre potentielle de ces mesures ; et

4. Identifier les différents obstacles à leur mise en œuvre et évaluer l'impact de ces obstacles sur la réduction de la rapidité et de l'efficacité des réductions d'émissions et des autres avantages découlant de leur mise en œuvre.

Cette évaluation montre qu'il existe actuellement un chevauchement important entre les principales sources de polluants atmosphériques, SLCPs et GES (Figure 1). En ce qui concerne les particules, la combustion des résidus agricoles constitue la source la plus importante, suivie par la production de charbon de bois (pour l'énergie résidentielle et la cuisine), l'industrie, les transports et la combustion à l'air libre des déchets. Le secteur des transports est la plus grande source d'émissions de dioxyde d'azote, tandis que les secteurs de l'agriculture, des déchets et de la production de combustibles fossiles représentent la majeure partie du méthane thaïlandais. Ce chevauchement des sources de polluants clés souligne l’opportunité considérable de cibler des sources spécifiques pour l’atténuation et constitue un point de départ essentiel pour identifier les mesures présentant le plus grand potentiel d’atténuation et de co-bénéfices.

Parmi ces polluants atmosphériques majeurs, SLCP et les sources d'émission de GES, il existe déjà des politiques et des mesures en matière de pollution atmosphérique en Thaïlande (par exemple, plan d'action pour les PM2.5), de changement climatique (contribution déterminée au niveau national et stratégie à long terme) et de planification sectorielle qui pourraient entraîner des réductions d'émissions. Ces mesures ont été extraites et combinées avec d'autres mesures issues d'évaluations internationales pour produire une liste de 19 mesures d'atténuation prioritaires qui pourraient avoir des effets bénéfiques sur la pollution atmosphérique et le changement climatique. 

On estime que la mise en œuvre complète des 19 mesures d’atténuation entraînerait des réductions substantielles de la majorité des polluants. Les particules connaîtraient les réductions les plus importantes – avec une baisse pouvant atteindre 70 % d’ici 2030. Cependant, d’autres polluants atmosphériques, tels que les NOx et le SO2, diminueraient également de manière significative. Au total, les 19 mesures d'atténuation génèrent également des avantages substantiels en matière de changement climatique, en réduisant les émissions totales nationales de dioxyde de carbone de près de 25 % et les émissions de méthane de 65 %. Le potentiel considérable de réduction des émissions de méthane démontre que la Thaïlande peut apporter une contribution substantielle aux efforts mondiaux visant à atténuer le changement climatique et à maintenir l’augmentation de la température mondiale à moins de 1.5 °C.

Le plus important est peut-être que les réductions estimées apporteraient également des avantages considérables pour la santé. On estime que la réduction des émissions de polluants atmosphériques entraînerait une réduction de 22 % des concentrations de particules pondérées par la population dans toute la Thaïlande. On estime que cette réduction de l'exposition aux polluants atmosphériques permettra d'éviter plus de 3,000 2030 décès prématurés par an d'ici XNUMX en Thaïlande.

Même si les bénéfices potentiels sont importants, leur réalisation n’est pas garantie. En fait, il existe des obstacles importants à la mise en œuvre de nombreuses mesures d’atténuation qui ne sont généralement pas prises en compte dans les scénarios de modélisation. S’ils ne sont pas surmontés, ces obstacles pourraient retarder ou limiter considérablement la portée de la mise en œuvre, ralentissant et réduisant les réductions d’émissions ainsi que la fourniture des avantages qui en découlent. Les enquêtes auprès des parties prenantes et les analyses documentaires sur les obstacles institutionnels, économiques, techniques et sociaux pour chaque mesure suggèrent que seule la moitié des réductions d'émissions réalisables grâce à la mise en œuvre complète des mesures d'atténuation seraient atteintes. Cela souligne que les mesures nécessitent des réformes favorables telles que des mécanismes de coordination interinstitutions (en particulier entre le PCD, le MONRE/ONEP et les agences sectorielles concernées) ; des réformes fiscales qui allouent des ressources aux actions locales ; programmes ciblés de renforcement des capacités; et un suivi et un examen pour évaluer l'efficacité.


Recommandations

Les résultats de cette évaluation démontrent que la Thaïlande dispose d’une opportunité significative d’améliorer simultanément la qualité de l’air et la santé tout en atténuant le changement climatique. Pour tirer parti de cette opportunité, l'équipe du projet recommande aux décideurs politiques et aux autres parties prenantes de travailler sur les sept domaines suivants :

Recommandation 1: Améliorer la planification nationale de la qualité de l'air en Thaïlande en renforçant la mise en œuvre des mesures prioritaires en matière de pollution atmosphérique.

Recommandation 2: Élaborer des plans infranationaux sur la qualité de l’air et le climat comportant des solutions importantes au niveau régional.

Recommandation 3: Renforcer l’intégration entre la planification nationale de l’air pur et la planification climatique.

Recommandation 4: Améliorez l’action du méthane pour obtenir de multiples avantages. 

Recommandation 5: Adopter des réformes institutionnelles et autres réformes habilitantes pour accélérer les actions recommandées.

Recommandation 6: Intégrer les inventaires des émissions de pollution atmosphérique et du changement climatique pour suivre les progrès.

Recommandation 7: Collaborez avec des collèges et universités locaux pour renforcer les capacités locales.

Vous pouvez télécharger le rapport complet ci-dessous.

Type de politique

SLCP plan d'action

Juridiction/Portée

Nationales

Dernière mise à jour