Renforcer les CDN : rapport sur les opportunités pour l’agriculture

Nous devons agir maintenant pour remodeler l'agriculture de manière à soutenir les agriculteurs, à améliorer la productivité, à renforcer la résilience et à réduire les émissions. Les objectifs de l'Accord de Paris ne peuvent être atteints sans des changements transformateurs dans le secteur agricole. L'intégration d'actions plus ambitieuses, explicites et dirigées dans les CDN améliorées peut jouer un rôle important en aidant le secteur à effectuer les transitions nécessaires. 

La CCAC a commandé un document au World Resources Institute (WRI) et à Oxfam sur Enhancing NDCs: Opportunities in Agriculture. Le document identifie une gamme d'actions possibles pour l'adaptation et l'atténuation du changement climatique dans le secteur agricole et offre des exemples de la manière dont ces actions peuvent être incluses dans les CDN améliorées des pays. Cela souligne la nécessité d'approches sur mesure adaptées à la situation particulière d'un pays. Il montre également comment des politiques, des financements et des dispositifs de gouvernance améliorés peuvent soutenir la mise en œuvre de la CDN. 

Le document s'adresse aux décideurs politiques nationaux impliqués dans les politiques climatiques et agricoles, ainsi qu'à ceux chargés de mettre à jour les CDN et d'élaborer des stratégies à long terme.

Objectifs

L'objectif de ce document est d'aider les pays à identifier les moyens d'améliorer leurs CDN en incorporant des solutions qui rendront leur secteur agricole plus durable, équitable et résilient avec des émissions réduites. Il s'adresse aux décideurs nationaux chargés de mettre à jour la CDN de leur pays, ainsi qu'aux décideurs agricoles et autres parties prenantes qui cherchent à tirer parti de leur CDN pour améliorer les politiques et pratiques agricoles et aider les communautés qui dépendent de l'agriculture pour leurs moyens de subsistance, en particulier les populations vulnérables et les femmes. – non seulement survivre mais prospérer. 


A propos du rapport

Le document propose des solutions exploitables gagnant-gagnant pour l'agriculture - à la fois à la ferme et pour les politiques climatiques des pays. Entre autres, ces recommandations comprennent : 

  • Améliorer l'alimentation, les soins de santé et l'élevage du bétail 
  • Gestion avancée des cultures pour aider les agriculteurs à obtenir de meilleurs rendements  
  • De meilleures pratiques foncières, y compris l'agroforesterie et une meilleure gestion des sols et de l'eau 
  • Réduction des pertes et du gaspillage alimentaires 

Le document montre également comment des politiques, des financements et des mécanismes de gouvernance améliorés peuvent soutenir les exploitations agricoles et les agriculteurs, en particulier pour les petits producteurs qui représentent la majorité des agriculteurs dans le monde, et les agricultrices qui font face à des obstacles importants. En effet, pour réussir, les actions ci-dessus doivent s'aligner sur des impératifs plus larges de sécurité alimentaire, d'équité et de développement durable, réalisés grâce à une planification transparente et participative et adaptée aux circonstances nationales. Une collaboration et une coordination solides au sein du gouvernement, du niveau national au niveau local, et avec le secteur privé et la société civile peuvent également accroître l'efficacité et la facilité de mise en œuvre.  

Le message clé : l'inclusion délibérée, ambitieuse et dirigée d'actions dans le secteur agricole dans les CDN améliorées peut être bénéfique pour l'agriculteur et bénéfique pour le climat. 

La pandémie mondiale de COVID-19 jette un nouveau jour sur les NDC. La COP26 a été retardée et les gouvernements nationaux se concentrent naturellement sur la relance économique immédiate, la création de nouveaux emplois et la sécurisation des revenus des ménages. Dans le même temps, les gouvernements nationaux examinent également leurs besoins de relance à moyen et long terme - et c'est là que la reprise économique et l'action agricole pour le climat peuvent se croiser. Les deux peuvent avoir des objectifs complémentaires axés sur la construction de systèmes alimentaires durables, les moyens de subsistance des agriculteurs, en particulier les petits agriculteurs et les plus vulnérables, étant essentiels pour atteindre cet objectif. Cette harmonisation est plus urgente que jamais, car ces groupes ont été particulièrement touchés par la pandémie mondiale, qui a exacerbé et exposé les défaillances systémiques des systèmes alimentaires actuels, aggravant encore les inégalités et la faim. 

Bien que le document ait été rédigé avant la pandémie, bon nombre des recommandations sont applicables lorsque les gouvernements nationaux élaborent des plans de relance économique en pensant au secteur agricole. La clé est de jeter les bases appropriées et d'identifier ensuite les actions qui peuvent apporter des avantages immédiats et durables. Cela contribuera à garantir que les avancées dans le secteur agricole sont adaptées à l'ensemble unique de besoins d'un pays, maximisant ainsi les chances de réussite de la mise en œuvre. 


Tags