Inventaire des gaz à effet de serre du Kenya pour les émissions du bétail

Notre projet "Réduire le méthane entérique pour améliorer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance" est une collaboration entre l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Centre de recherche sur les gaz à effet de serre agricoles de Nouvelle-Zélande (NZAGRC). Le projet vise à aider les pays à revenu faible et intermédiaire à identifier des technologies et des interventions spécifiques au système pour augmenter la productivité du bétail, la sécurité alimentaire et réduire les émissions de méthane entérique par unité de produit. 

Nous soutenons le travail au Kenya pour identifier les opportunités d'atténuation des émissions, élaborer un plan d'action pour la comptabilisation des gaz à effet de serre du bétail et l'atténuation du méthane, et faciliter la mise en œuvre de sa contribution déterminée au niveau national. 

Objectifs

Ce projet a deux objectifs principaux :
 

  • Identifier des solutions innovantes à faible coût ou sans coût qui peuvent être regroupées pour réduire les émissions de méthane entérique, tout en offrant de multiples avantages aux agriculteurs et aux producteurs. 
  • Renforcer les capacités pour soutenir une meilleure collecte de données pour l'inventaire des gaz à effet de serre sur les émissions du bétail et améliorer la précision des estimations des émissions laitières dans le système d'inventaire national, ce qui permettra au Kenya de mesurer et de rendre compte des progrès vers sa CDN. 

Pourquoi nous faisons ce travail

Alors que les pays augmentent leurs ambitions pour atteindre l'Accord de Paris, il est essentiel d'étudier comment le secteur de l'élevage peut réduire les émissions dans différents scénarios de température. Cela peut améliorer la transparence climatique, aider les pays à améliorer leurs objectifs d'atténuation et faciliter le flux de ressources financières et technologiques pour le secteur de l'élevage, permettant ainsi aux agriculteurs de contribuer à l'action climatique.

Le Kenya est le deuxième plus grand producteur de lait d'Afrique, avec environ 4.6 millions de bovins laitiers. Le secteur laitier du Kenya contribue à environ 14 % du produit intérieur brut (PIB) agricole et à 3.5 % du PIB total. La majeure partie du lait est produite dans de petites exploitations, et les ventes de lait contribuent de manière significative aux revenus, à la sécurité alimentaire et à la nutrition des agriculteurs, et créent des emplois dans les secteurs laitier formel et informel. Cependant, les bovins laitiers contribuent à environ 8% des émissions nationales de gaz à effet de serre, qui continuent d'augmenter à mesure que le nombre de bovins augmente.

Dans ses contributions prévues déterminées au niveau national (INDC), le Kenya a proposé des mesures d'adaptation et d'atténuation pour lutter contre ses émissions croissantes et contribuer aux efforts mondiaux visant à limiter la hausse de la température à 2 degrés. Ces mesures d'atténuation joueront un rôle clé dans la réalisation de la transition vers une économie à faibles émissions de carbone et résiliente au changement climatique.


Défis

La production de lait au Kenya est principalement gérée par de petits agriculteurs, qui possèdent un à trois animaux laitiers et produisent environ 70 % du lait du pays.

Le secteur de l'élevage bovin laitier au Kenya est responsable d'environ 12.3 mégatonnes (Mt) d'équivalent CO2. Dans ce cadre, 88 % des émissions proviennent du méthane produit par la rumination des vaches et 11 % de la gestion du fumier stocké (FAO, 2017).

Reconnaissant le potentiel d'attirer des financements climatiques et des investissements du secteur privé dans le développement laitier, le département d'État kenyan de l'élevage du ministère de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche a élaboré une mesure d'atténuation appropriée au niveau national (NAMA) pour son secteur laitier qui devrait atteindre 227,000 6.6 laiteries. producteurs et produire annuellement 8.8 milliards de litres de lait supplémentaires, tout en réduisant les émissions de GES de 2 Mt éq. COXNUMX.

La méthode de niveau 1 du GIEC a été utilisée dans le dernier inventaire des GES du Kenya (2010) et ne peut refléter que les changements dans la population bovine. Bien que le niveau 1 nécessite le moins de ressources, il est incapable de refléter les circonstances ou les tendances uniques d'un pays au fil du temps autres que les changements dans le nombre total d'animaux. Des méthodes plus avancées (niveaux 2 et 3) nécessitent des données plus détaillées qui capturent les spécificités des systèmes de production dans les pays. Fondamentalement, ils reflètent également les changements dans les émissions qui résultent des améliorations de la productivité et de l'efficacité et permettent aux décideurs politiques de cibler et de concevoir des efforts pour l'atténuation des gaz à effet de serre.

La méthode de niveau 2, qui peut refléter les changements de productivité, a donc été incluse dans une méthodologie de quantification des gaz à effet de serre développée pour la Dairy NAMA. Cependant, il est rapidement devenu évident que si l'inventaire utilisait une méthode de niveau 1 et que le système de mesure, de notification et de vérification (MRV) de la NAMA utilisait une méthode de niveau 2, les émissions et les réductions d'émissions déclarées par chaque partie du système MRV seraient incompatibles. avec l'un l'autre. En outre, la première CDN du Kenya était basée sur des scénarios d'émissions élaborés à l'aide de la méthode de niveau 1 de l'inventaire, qui ne peut pas refléter les changements de productivité. Les effets de serre de l'évolution de la productivité laitière n'ont donc pas pu être reflétés dans les scénarios ou les objectifs de la CDN.

L'adoption d'une méthodologie de niveau 2 dans l'inventaire national a donc été considérée comme une étape clé pour relier les initiatives au niveau des projets, telles que la NAMA laitière, aux systèmes MRV nationaux pour un reporting cohérent des effets de serre.


Mises à jour du projet

Tags
Régions
Polluants (SLCPs)