Développement à faibles émissions pour le secteur laitier éthiopien

Le secteur bovin laitier éthiopien est responsable d'environ 116.3 mégatonnes d'équivalent CO2. Le méthane entérique représente environ 87 % des émissions totales de GES provenant de la production laitière.

L'Ethiopie travaille avec le Climate and Clean Air Coalition (CCAC), l'Alliance mondiale de recherche sur les gaz à effet de serre agricoles (GRA) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) afin de réduire le méthane provenant de la fermentation entérique et d'améliorer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance.

À partir de ce travail, l'Éthiopie a eu accès à des outils pour identifier des stratégies à faible coût pour réduire le méthane entérique du système bovin laitier. CCAC des recherches soutenues ont montré que des interventions techniques (comme la supplémentation des aliments avec des arbustes légumineux, des résidus de culture traités à l'urée, le contrôle de la trypanosomose et l'insémination artificielle) augmenteraient la production de lait de 62 à 225 % et réduiraient l'intensité des émissions de méthane entérique de 44 à 68 % sur l'ensemble de la production systèmes, par rapport à la ligne de base. 

Objectifs

Notre initiative agricole vise à transformer les systèmes de production de bétail ruminant afin d'améliorer la productivité et de réduire les émissions de méthane entérique par unité de produit animal. Ce projet vise à fournir des conseils aux décideurs et à recommander des incitations et des cadres institutionnels pour encourager l'adoption de technologies et de pratiques améliorant la productivité.


Pourquoi nous faisons ce travail

En 2011, le gouvernement éthiopien a lancé un processus politique audacieux pour accélérer l'obtention du statut de pays à revenu intermédiaire d'ici 2025, tout en adoptant des voies de croissance verte qui favorisent le développement et la durabilité. La Climate Resilient Green Economy (CRGE) a été créée pour protéger le pays du changement climatique en identifiant des opportunités économiques durables sur le plan environnemental pour accélérer le développement du pays. 

Dans sa stratégie CRGE, le pays a reconnu que la poursuite d'une voie de développement conventionnelle entraînerait des effets néfastes comme une forte augmentation des émissions de gaz à effet de serre et une utilisation non durable des ressources naturelles. Pour éviter ces effets négatifs, et favoriser le développement tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, la trajectoire de croissance verte prévoit de limiter les émissions nationales de gaz à effet de serre à 150 mégatonnes éq CO2 au lieu de 400 mégatonnes éq CO2. en 2030 dans le cadre d'un scénario de statu quo (BAU). L'un des principaux piliers de cette stratégie consiste à améliorer la productivité de l'élevage pour assurer la sécurité alimentaire et améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs tout en réduisant les émissions. Le secteur laitier a été identifié comme un secteur prioritaire pour le gouvernement, qui vise à accroître la production laitière éthiopienne.

Au niveau national, l'intensité des émissions du lait produit à partir de vaches laitières est en moyenne de 24.5 kg éq. CO2/kg de lait corrigé en matières grasses et en protéines (FPCM). L'intensité des émissions était en moyenne de 44.6, 18.9, 8.7 et 3.8 kg CO2 eq./kg FPCM pour les systèmes mixtes culture-élevage, pastoraux et agro-pastoraux, à petite échelle et à moyenne échelle, respectivement. 

La forte corrélation entre les émissions de gaz à effet de serre et la productivité laitière indique une opportunité pour les besoins de sécurité alimentaire et nutritionnelle et la réduction des émissions de méthane.   


Ce que nous faisons

Depuis 2016, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), en collaboration avec le Centre de recherche sur les gaz à effet de serre agricoles de Nouvelle-Zélande (NZAGRC), a soutenu l'Éthiopie dans : 
   

  • Identifier et hiérarchiser les stratégies à faible coût pour réduire l'intensité des émissions de méthane entérique des systèmes de ruminants en utilisant le Modèle mondial d'évaluation environnementale de l'élevage (GLEAM). L'outil a permis d'évaluer une large perspective d'opportunités et de gains de productivité potentiels et de réductions de l'intensité des émissions pour le secteur de la viande bovine. 
  • Améliorer son inventaire des émissions en définissant mieux les objectifs de réduction de l'intensité des émissions et en améliorant la compréhension des mesures visant à améliorer la productivité, l'efficacité des systèmes de production et les systèmes de reproduction. 
  • Intégrer les mesures d'émissions de méthane entérique dans le projet d'investissement à grande échelle de la Banque mondiale, "Projet de développement du secteur de l'élevage et de la pêche" en Ethiopie. 

Tags
Régions
Polluants (SLCPs)