Publications scientifiques

Dépôt de carbone noir atmosphérique et caractérisation des traceurs de combustion de la biomasse dans une forêt tempérée du nord

Publié le
2014

Le noir de carbone en aérosol (BC) est considéré comme le deuxième contributeur au réchauffement climatique après le CO2, et est connu pour augmenter la température de l'atmosphère, diminuer l'albédo dans la neige/la glace et influencer les propriétés et la distribution des nuages. On pense que le BC a un long temps de résidence moyen dans les sols, et sa stabilité apparente peut représenter un puits stable important pour le CO atmosphérique2. Malgré les efforts récents pour quantifier le BC dans l'environnement, la quantification des taux de dépôt de BC de l'atmosphère vers les écosystèmes terrestres reste rare. Pour mieux comprendre la contribution des apports atmosphériques de BC aux sols via les dépôts secs et ses principales sources d'émission, les particules fines atmosphériques (PM2.5) ont été recueillies à la station biologique de l'Université du Michigan de juillet à septembre en 2010 et 2011. PM2.5 les échantillons ont été analysés pour le C organique, le BC et les marqueurs moléculaires, y compris les sucres particulaires, les acides carboxyliques, les n-alcanes, les hydrocarbures aromatiques polycycliques et le cholestane. Les concentrations atmosphériques moyennes de BC dans le nord du Michigan étaient de 0.048 ± 0.06 μg m-3 à l'été 2010, et 0.049 ± 0.064 μg m-3 à l'été 2011. D'après les concentrations atmosphériques, les calculs de dépôt de particules et le CN documenté dans le sol, nous concluons qu'il est peu probable que le dépôt atmosphérique constitue une voie d'entrée significative du CN dans l'écosystème forestier du Nord. Les principaux traceurs organiques identifiés dans les particules fines (par exemple, le lévoglucosan et l'acide docosanoïque) suggèrent que les PM ambiantes2.5 les concentrations étaient principalement influencées par la combustion de la biomasse et les cires végétales épicuticulaires. Ces résultats fournissent les données de base nécessaires pour les futures évaluations du CN atmosphérique dans les forêts tempérées rurales.

Santos, F., MP Fraser et JA Bird (2014) Dépôt de carbone noir atmosphérique et caractérisation des traceurs de combustion de la biomasse dans une forêt tempérée du nord, Environnement Atmosphérique 95:383-390.

Tags