Lignes directrices et outils

Inventaire des émissions de GES des bovins laitiers au Kenya 1995-2017

Publié le
2020

L'objectif du sous-secteur de l'élevage au Kenya est de contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le cadre de l'objectif national et de l'ambition d'une voie de développement à faibles émissions de carbone et résiliente au changement climatique. À l'échelle nationale, le sous-secteur de l'élevage contribue à environ 36 % et à plus de 95 % des émissions totales de gaz à effet de serre (GES) du secteur agricole. Ces émissions proviennent de la fermentation entérique et du fumier, qui contribuent respectivement à environ 54.8 % et 40.7 % des émissions du secteur agricole. .

Compte tenu des effets négatifs des GES sur le système climatique et compte tenu de l'engagement et des ambitions du Kenya d'atténuer le changement climatique, il incombe au sous-secteur de l'élevage de réduire et d'éliminer ces émissions. L'inventaire périodique des GES (émissions et leurs absorptions) dans le sous-secteur en utilisant les directives internationales recommandées est une occasion unique d'évaluer l'efficacité des politiques et des mesures de lutte contre le changement climatique. En outre, ces inventaires fournissent des preuves cruciales qui devraient éclairer la planification future des réductions accrues des émissions du sous-secteur de l'élevage. Les mesures d'atténuation appropriées au niveau national (NAMA) pour l'industrie laitière qui ont été élaborées en 2017 par le Département d'État pour l'élevage (SDL) sont un bon exemple de l'utilisation de l'inventaire des GES pour éclairer le développement de l'atténuation des émissions du bétail. Le présent rapport contient l'inventaire des GES de l'industrie laitière du Kenya.

Le rapport détaille le processus impliqué dans la collecte de données et la base de calcul des émissions conformément aux méthodes de niveau 2 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). L'application des méthodes de niveau 2 du GIEC est une amélioration des méthodes de base de niveau 1 qui ont été appliquées lors du premier inventaire des GES du sous-secteur de l'élevage réalisé en 2015. L'utilisation des méthodes de niveau 2 dans l'industrie laitière est délibérée et basée sur son importance pour L'économie du Kenya. L'industrie contribue à environ 4 % du PIB, mais contribue également à 26 % des émissions totales de GES du secteur agricole.

Auteurs

Tags
Polluants (SLCPs)
Régions
Pays

Partenaires liés