Publications scientifiques

Inventaires des émissions de méthane pour la fermentation entérique et la gestion du fumier des yaks, des buffles et des bovins laitiers et de boucherie en Chine de 1988 à 2009

Publié le
2014


Résumé - Les systèmes de production de gros ruminants (lait, viande bovine, buffles et yaks) en Chine ont connu des changements importants au cours des 30 dernières années, entraînés par une demande accrue de consommation de lait et de viande et l'arrêt de l'utilisation des bovins de boucherie et des buffles comme animaux de trait. La présente étude visait à évaluer les effets de ces changements sur les émissions de méthane (CH4) provenant de la fermentation entérique et de la gestion du fumier chez les gros ruminants en Chine. Les émissions ont été développées à l'aide des méthodologies de niveaux 1 et 2 du Groupe d'experts international sur l'évolution du climat. L'émission de niveau 2CH4 pour chaque espèce était une somme des émissions calculées à partir de plusieurs groupes en fonction de leurs états physiologiques, par exemple les vaches laitières, les vaches taries, les taureaux et les bouvillons/génisses à différents âges. L'inventaire total des émissions de CH4 pour les bovins laitiers, les bovins à viande, les buffles et les yaks en Chine a augmenté progressivement de 5530 à 6761 Gg/an ou de 4514 à 5777 Gg/an calculés à l'aide de la méthode de niveau 1 ou 2 au cours de la période 1988-2009. Cette augmentation a été entraînée par l'augmentation de la population et de la production de bovins laitiers et de boucherie (par exemple, les émissions de niveau 2CH4 ont augmenté respectivement de 125 à 1028 Gg/an et de 2915 à 3689 Gg/an). Cependant, au cours de la même période, les émissions de niveau 2CH4 des buffles et des yacks ont diminué de 860 à 593 Gg/an et de 614 à 467 Gg/an, respectivement. Les bovins de boucherie étaient les principaux émetteurs avec 63.8 % des émissions totales en 2009, suivis des bovins laitiers (17.8 %), des buffles (10.3 %) et des yacks (8.1 %). Il y avait une grande différence dans les contributions provinciales. En 2007, les 3 provinces les plus émettrices (Sichuan, Tibet et Henan) ont chacune contribué à hauteur de 8.5 à 10.5 % aux émissions nationales, et les 3 les plus basses à seulement 0.1 à 0.2 % (Pékin, Zhejiang et Shanghai). Les incertitudes associées à ces inventaires ont été discutées. Ces résultats fournissent des informations de référence aux autorités chinoises pour développer des politiques et des stratégies d'atténuation appropriées afin de réduire l'empreinte carbone dans le secteur de la production de gros ruminants en Chine.


Xue, B., LZ Wang et T. Yan (2014) Inventaires des émissions de méthane pour la fermentation entérique et la gestion du fumier des yacks, des buffles et des bovins laitiers et de boucherie en Chine de 1988 à 2009, AGRICULTURE, ÉCOSYSTÈMES ET ENVIRONNEMENT 195:202-210 .

Tags
Polluants (SLCPs)